Le téléphone de Jocelyn Thibault demeure ouvert, mais la période de transactions dans la LHJMQ se termine samedi matin.

Améliorer le présent…et le futur

Le plan de Jocelyn Thibault s’éclaircit : améliorer le présent tout en préparant l’avenir. Pour le directeur général du Phœnix, pas question d’être une fois de plus éliminé en première ronde. Et ce, pas au détriment de l’avenir de l’organisation. Bien au contraire.

En acquérant les services de Jaxon Bellamy, la défensive sherbrookoise compte un espoir de plus. Un espoir qui aura certainement son mot à dire dans les succès de l’équipe dès cette saison selon le DG de l’équipe.

« On n’a pas agi comme le Titan, l’Armada ou les Tigres, rappelle Thibault. On tenait à conserver nos jeunes joueurs et nos choix au repêchage le plus possible. Ce sont les jeunes, l’avenir de l’organisation. On voulait aussi avoir une chance de gagner dès cette année. »

En conservant des joueurs comme Luke Green, le message est clair.

« On envoie un signal à l’équipe et à nos partisans : on a tout pour gagner nos premières rondes de séries et par la suite, tout peut arriver lors des éliminatoires. J’ai l’impression de pouvoir avoir du succès avec cet alignement sans attendre un an ou deux. Nos amateurs méritent ça. »

En effet, ils ont été bien patients les spectateurs sherbrookois. Voilà pourquoi il sera important de répondre à l’appel dès cette année.

Or, Thibault indique que l’équipe est surtout bâtie pour aller loin dans deux ans environ, une fois que les Samuel Poulin, 

Bailey Peach, Alexandre Joncas, Jaxon Bellamy, Olivier Crête-Belzile et les autres qui auront acquis un peu plus d’expérience. Dont peut-être même Jérémy Jacques, s’il opte pour la LHJMQ plutôt que les États-Unis.

« On possède deux gardiens de 19 ans sur lesquels on peut compter. Notre équipe mise aussi sur deux trios offensifs qui font rêver certains entraîneurs et sur deux défenseurs dominants. On possède une belle profondeur. Il ne reste plus qu’à assurer. »

Est-ce que les amateurs peuvent s’attendre à d’autres mouvements de personnel?

« L’objectif est de garder un défenseur comme Green et nos autres joueurs. Pour l’instant, rien n’indique qu’il y aura d’autres transactions. Je reçois toutefois encore des appels. Mon téléphone est ouvert, je suis prêt à discuter, mais les transactions se terminent samedi et je suis confortable avec les mouvements déjà effectués », avance Thibault en faisant référence à l’acquisition du gardien Reilly Pickard et du jeune Bellamy ainsi qu’aux départs du portier Evan Fitzpatrick et du défenseur Vincent Lampron.

Un choc pour Vincent Lampron

Vincent Lampron a été repêché par le Phœnix en 2015. À Sherbrooke en plus, au Palais de sports. Il a disputé tout son hockey junior ici. Ses amis étaient avec le Phœnix, il étudiait à Sherbrooke et il adorait sa famille de pension. Mais mercredi soir, il a dû tout laisser derrière lui afin de se rapporter aux Olympiques de Gatineau.

Vincent Lampron poursuivra son parcours junior avec les Olympiques de Gatineau.

Échangé contre un choix de quatrième ronde en 2019, Lampron était sous le choc après la partie de mercredi, sa dernière avec les Oiseaux.

« Je suis triste. J’étais bien ici. Je laisse de bons amis à Sherbrooke. Le Phœnix est une organisation de grande classe. Je suis très reconnaissant. J’espérais rester à Sherbrooke, mais je voyais bien cette congestion se créer en défensive et surtout chez les joueurs de 20 ans pour la saison prochaine. Je suis conscient que chaque équipe doit garder seulement trois 20 ans, mais je souhaitais quand même devenir l’un de ces trois vétérans du Phœnix. »

La bonne nouvelle? Le défenseur de 19 ans aura un rôle important chez les Olympiques.

« Je vais faire tout ce que je peux pour être le plus utile possible aux Olympiques et je suis content d’être à Gatineau. C’est du nouveau pour moi, je dois me tourner de bord rapidement, mais je sais que je pourrai montrer ce que je sais faire avec les Olympiques », soutient Vincent Lampron.

« Vincent est tellement un bon garçon, confie le directeur général Jocelyn Thibault. C’était difficile pour nous de lui annoncer la nouvelle. Il a rendu de fiers services à l’organisation. Gatineau se cherchait un défenseur capable de jouer plusieurs minutes en défensive après le départ de certains joueurs et on souhaitait faire jouer nos jeunes. En plus, on a reçu un quatrième choix, ce qui n’est pas mauvais du tout.

La fin pour Durocher à Val-d’Or

L’association entre Mario Durocher et les Foreurs de Val-d’Or est terminée. L’entraîneur bien connu à Sherbrooke et Magog a quitté l’équipe avec l’accord de l’organisation.

À Sherbrooke, Stéphane Julien effectue un travail remarquable selon le DG Jocelyn Thibault. Donc Durocher ne serait pas dans la mire de Thibault.

« J’ai beaucoup de respect pour Mario, l’un de mes anciens entraîneurs. Il a beaucoup d’expérience et il a réalisé de grandes choses. Je ne connais pas ses intentions. De notre côté, on aime notre personnel et même s’ils n’ont pas de contrat pour l’an prochain, on ne prévoit pas de changements aujourd’hui. En fait, ce n’est même pas un sujet de discussion. »