« L’ambiance est lourde », confie le directeur général et actionnaire du Phœnix de Sherbrooke, Jocelyn Thibault.

Ambiance lourde chez le Phœnix

Au lendemain de la suspension des activités dans la LHJMQ, l’heure n’était pas à la réjouissance entre les quatre murs du Palais des sports.

« L’ambiance est lourde », confie le directeur général et actionnaire du Phœnix de Sherbrooke, Jocelyn Thibault.

En effet : comment expliquer à plus d’une vingtaine de joueurs qui travaillent d’arrache-pied depuis plusieurs mois et même quelques années, en rêvant à la coupe, que leur saison et leurs séries pourraient être compromises?

« On n’a pas le choix d’être bref dans notre discours aux joueurs, admet Jocelyn Thibault. Personne n’est content de tout ça, mais on doit suivre les directives et attendre. C’est plus gros que le sport ce qui arrive. Il faut vivre avec. Est-ce qu’il s’agira simplement d’un report? Est-ce que tout sera annulé? Mentalement, c’est difficile à gérer. »

Bien posté au premier rang de la LHJMQ, considéré comme la meilleure équipe au Canada, le Phœnix demeure uni dans les circonstances selon son directeur général.

« Cette situation creuse dans les sentiments profonds. J’ai rarement vu un groupe aussi engagé dans la même mission. Les joueurs sont assommés. J’ai aussi une pensée pour tous les autres athlètes comme les plus jeunes, qui ont déjà vu leur saison s’arrêter brusquement. »

Chose certaine, même si les entraînements collectifs ont été suspendus, Jocelyn Thibault se dit persuadé que les joueurs continueront de garder la forme. 

« On ne peut pas abandonner et tout arrêter. La saison pourrait se poursuivre et les séries pourraient commencer bientôt! » rappelle Jocelyn Thibault. 

Le Phœnix avance dans cette brume en espérant que tout se dissipe rapidement, comme les 17 autres clubs de la LHJMQ. 

« On a du temps devant nous, c’est la seule bonne nouvelle. On n’est que le 13 mars. Les séries devaient commencer dans deux semaines et la Coupe Memorial est au mois de mai. Il y a plusieurs options à analyser, j’en suis certain. »

Des matchs télévisés?

Parmi ces options, celle des matchs télévisés demeure sans aucun doute une avenue à considérer selon la gravité de la situation de la COVID-19 dans les prochains jours.

« L’idée de disputer les parties à huis clos a certainement été lancée par les dirigeants de la ligue. Mais à l’heure actuelle, je n’ai pas de réponse à ça. On devrait alors limiter le nombre de personnes présentes dans l’amphithéâtre à 250. Ça monte vite quand on pense aux joueurs et au personnel », avance le DG du Phœnix.

Il s’agirait alors d’une occasion en or pour le partenaire télé officiel de la LHJMQ, TVA Sports, qui profiterait de la suspension des activités dans les ligues professionnelles pour combler d’importants trous dans la programmation.

« Il y aurait certainement des bénéfices à en tirer, mais on attendra les directives. On tient à agir en bons citoyens et garder la santé en tête de nos priorités », clarifie Jocelyn Thibault.

Rappelons que le Phœnix devait encore disputer cinq parties à sa saison, dont trois à Sherbrooke, avant de commencer les séries éliminatoires avec l’avantage de la patinoire.

Il ne lui manquait d’ailleurs qu’une seule victoire agencée à une défaite des Wildcats de Moncton pour s’assurer du championnat de la saison régulière. 

Tout cela grâce notamment aux 13 victoires lors des 13 derniers matchs de la troupe de Stéphane Julien.