Allison Ethier

Allison Ethier : maman et Miss Fitness

Trois ans après avoir donné naissance à son deuxième enfant, la Sherbrookoise Allison Ethier n’a pas seulement retrouvé sa taille de guêpe : l’adepte de fitness a réussi à se qualifier pour l’Olympia, la plus grande compétition au monde.

C’est en devant Miss Fitness lors d’une compétition à Vancouver au mois de juillet dernier que la femme de 41 ans a réussi à obtenir son billet pour Las Vegas.

« L’Olympia, c’est le summum. J’avais déjà réussi à me qualifier, mais quelques mois plus tard, je suis tombée enceinte et j’ai dû mettre mon rêve de côté. Puisque je ne suis plus très jeune, je devais me dépêcher afin de ravoir ma chance. J’aurai bientôt 42 ans et m’entraîner devient de plus en plus un défi afin de trouver le temps nécessaire », raconte Allison Ethier.

L’entraîneuse au gym Excellence Fitness a dû mettre les bouchées doubles. Et ce fut payant : une douzième position.

« En septembre, c’est le mois le plus occupé pour les mamans : c’est la rentrée! Et au mois d’août, la garderie était fermée, on est partis en vacances. S’entraîner devenait très difficile. Mais j’y suis parvenue. Je devais parfois même m’entraîner de 4 h le matin à 6 h pour pouvoir m’occuper de mes enfants le matin. Mon plus vieux est au secondaire : ça va bien. Mais il a fait la transition du primaire vers le secondaire cette année. Pendant ce temps, j’étais à Vegas et mon conjoint était à l’extérieur également. Heureusement que j’ai reçu l’aide de ma mère! »

Allison Ethier était la deuxième plus vieille participante à l’Olympia.

« Quand je n’étais pas maman, je m’entraînais davantage, je mangeais mieux. Je suis vraiment fière de ce que j’ai accompli. Je m’entraîne pour me sentir forte et en santé, mais je le fais aussi pour la compétition. C’est un hobby pour moi. Ce n’est pas un travail. »

C’est donc avec le sentiment du devoir accompli que la Sherbrookoise a quitté la ville du vice.

« En fait, je me sentais surtout libérée. Je m’entraîne depuis une vingtaine d’années. C’est toute une fierté pour moi d’avoir réalisé mon rêve », explique-t-elle.

Chose certaine, elle ne compte pas arrêter l’entraînement et tentera de faire encore mieux la prochaine fois.

« Je sais que je peux être encore plus en forme. Je peux faire mieux qu’une douzième position. Mais j’ai besoin de plus de muscles : on n’est jamais totalement satisfaits dans ce sport! » résume Allison Ethier.