Alexandre Daigle enfin immortalisé

Alexandre Daigle était de retour sur la surface glacée du Colisée Desjardins, vendredi soir, presque 25 ans après avoir donné ses derniers coups de patin dans l'uniforme des Tigres de Victoriaville.
Cette fois, il n'était pas là pour marquer des buts, mais pour recevoir un honneur qu'il a longuement attendu, celui du retrait de son chandail numéro 91. Les amateurs l'ont reconnu et lui ont réservé une ovation de taille, comme si le temps avait fait une boucle l'espace d'un instant.
« Ça me rappelle de beaux moments être ici, je revis de beaux souvenirs. Les Tigres ont été une organisation incroyable, j'ai eu des coéquipiers incroyables et j'ai encore plusieurs bons amis. Je suis vraiment reconnaissant que les Tigres aient pensé à moi pour leur 30e anniversaire », dit-il.
Le rare Québécois à avoir été un premier choix au total de la Ligue nationale de hockey se souvient surtout de son arrivée avec les Félins et de sa saison initiale, au cours de laquelle il a amassé 110 points en 66 parties.
« C'est spécial la première année, tu te retrouves dans un milieu que tu ne connais pas et tu dois prendre des décisions d'homme alors que tu ne gagnes que 35 $ par semaine, rigole-t-il. Je n'avais jamais été à Val-d'Or et Chicoutimi, je n'avais jamais joué devant autant de personnes. C'était la première fois aussi que j'étais considéré comme une recrue ».
Les Victoriavillois ont eu plusieurs occasions de hisser le chandail au plafond de l'Amphithéâtre Gilbert Perreault. En fait, il est le septième à voir son numéro apparaître dans les hauteurs de l'aréna, quatre d'entre eux lui sont contemporains. Considérant ce fait et les statistiques éloquentes de Daigle à Victoriaville (281 points en seulement 137 matchs), certains ont suggéré qu'il existait un froid entre l'ancienne vedette et l'organisation. Il n'en est rien selon le principal intéressé.
« Je n'ai jamais été en guerre avec personne, j'ai fait ma vie sans attendre rien. C'est cool qu'ils aient finalement pensé à moi », statue-t-il.
« J'ai réussi ma vie »
Alexandre Daigle n'a jamais obtenu les résultats escomptés dans la LNH, étant limité à 327 points en 616 matchs avant de poursuivre sa carrière en Europe. Bien conscient qu'on s'attendait à mieux de lui considérant ses prouesses chez les juniors et son potentiel, il considère tout de même avoir accompli de belles choses.
« Je pense que j'ai réussi ma vie. J'ai joué dans la LNH, je suis marié et je suis l'heureux papa de trois enfants et j'ai beaucoup de bons amis. J'aurais pu jouer 1200 matchs dans la LNH, mais bon, j'en ai joué 600, c'est comme ça », signifie-t-il.
Après avoir donné un peu dans l'immobilier en compagnie de son bon ami et ancien coéquipier chez les Tigres Claude Savoie, Daigle est maintenant responsable du développement des ventes pour la compagnie de production de films et de téléséries montréalaise MTL Grandé. Cette dernière recevra notamment la première mégaproduction d'Amazon Prime, la télésérie de huit épisodes intitulée Jack Ryan.