Alex-Olivier Voyer a inscrit ses 38e et 39e buts de la saison, dimanche après-midi contre l’Armada de Blainville, au Palais des sports. Le match s’est déroulé devant plus de 3800 partisans.

Alex-Olivier Voyer marque l’histoire du Phœnix

Le Phœnix de Sherbrooke a inscrit deux buts en désavantage numérique en 39 secondes en première période, et ce fut suffisant pour guider l’équipe vers une victoire de 4-1 dimanche après-midi au Palais des sports face à l’Armada de Blainville-Boisbriand. Un match qui a aussi permis à Alex-Olivier Voyer d’entrer dans le livre des records de la jeune concession du Phœnix.

Avec ses 38e et 39e buts de la saison, le vétéran Voyer est maintenant le nouveau détenteur du plus grand nombre de buts inscrits en une saison chez le Phœnix.

Il a devancé à ce chapitre Tim Wieser (2014-15) et Guillaume Gauthier (2015-16) qui se partageaient jusque là le record.

Voyer a inscrit le deuxième but du match, en désavantage numérique, et le dernier dans un filet désert.

« Je suis super content d’avoir atteint ce record-là, mais en même temps, je sais qu’il nous reste pas mal de matchs avant la fin de la saison. Je savais que ça s’en venait. Ce n’est pas un grand soulagement, mais je suis fier d’avoir atteint ce plateau », a-t-il dit après la rencontre.

« J’ai eu de bonnes saisons à Rimouski, mais c’était plus tranquille offensivement. Depuis que je suis à Sherbrooke, mon rôle à changer de A à Z. Je suis le même joueur, je compte mes buts posté devant le filet. Je ne donne pas dans la finesse et j’exploite aussi mes bons compagnons de trio. On a une très bonne équipe et ça aide beaucoup à aller chercher des records comme ça. »

Après ses deux buts en 39 secondes, en première période, le Phœnix s’est acharné à mettre de la pression sur la défensive de l’Armada, tout en congestionnant la zone neutre.

Résultat, Sherbrooke a lentement étouffé son adversaire, limitant ses chances de marquer de beaucoup, et n’accordant que sept petits lancers au but à l’Armada, lors des 30 premières minutes de jeu. Blainville-Boisbriand a fini le match avec 19.

« On voulait resserrer la défensive, on a accordé un peu trop de buts dernièrement et c’était un objectif. Dans les séries, les pointages seront serrés et on veut s’habituer tout de suite. On doit rester dans le centre, moins ouvrir le centre et être un peu plus cheap. C’est la victoire qu’on veut aller chercher et c’est ce qu’on a fait », a poursuivi Voyer.

Nathaël Roy (18e) a marqué le premier but du Phœnix et Bailey Peach (15e) a inscrit le troisième filet des siens en deuxième période.

« Ça va bien, en désavantage numérique depuis le début de l’année, on est sur la "coche". On a plusieurs duos qui contribuent à ces succès. On met beaucoup de pression, on leur enlève beaucoup de leur temps de décision et ça provoque des revirements. La pression ne relâche jamais », a dit Nathaël Roy.

Le Phœnix mène la LHJMQ avec 12 buts marqués en désavantage.

« C’est la première fois que je vois ça, deux buts en désavantage en 39 secondes. Ce fut le tournant du match », a dit Stéphane Julien.

« J’ai aimé notre rencontre, on voulait être meilleurs en défensive, on n’était pas content des buts accordés lors des derniers matchs. Là, l’effort était là, on n’a pas donné grand-chose. On a eu du momentum, ce fut un match rapide, on a bien travaillé. »

« Je suis aussi satisfait du match de (Samuel) Hlavaj. Depuis trois ou quatre matchs, on n’était pas à 100 % satisfait. On s’est rencontré et lui non plus n’était pas satisfait. On l’a connu plus stable et concentré, et c’est ce qu’on a vu aujourd’hui (dimanche). »

Samuel Hlavaj a dû s’illustrer à quelques reprises. Il n’a cédé que devant Luke Henman (22e) en troisième.

Il s’agit d’une cinquième victoire consécutive pour la troupe de l’entraîneur-Chef Stéphane Julien, qui trône toujours au sommet de la LHJMQ avec 90 points en 55 matchs.

Sherbrooke est déjà assuré d’une place en série et il est champion de sa division.

Lapointe honoré avant la rencontre

C’était le premier affrontement entre l’Armada et le Phœnix depuis la mi-décembre, quand les deux équipes se sont échangé les défenseurs Yann-Félix Lapointe et Samuel Bolduc. Le Phœnix a d’ailleurs rendu hommage à son ancien défenseur, avant le match.

Repêché en 11e ronde en 2016, Yann-Félix Lapointe s’était taillé une place de régulier dans l’équipe dès sa première saison et il a cumulé 58 points en 188 parties, en quatre ans à Sherbrooke.

« Je me doutais que c’était possible, l’équipe avait fait la même chose l’an passé avec d’anciens joueurs. Je n’étais pas au courant. C’est flatteur, c’est l’fun. Le Phœnix est une organisation de grande classe et ça prouve qu’ils ont apprécié ce que j’ai fait ici pendant quatre ans », a dit le grand défenseur.

« J’étais nerveux, avant le match. C’est spécial d’affronter mes anciens coéquipiers et je suis content de mon match en général. Le Phœnix est une équipe qui travaille fort et qui est bien préparée. Ils ont commencé en force, et c’est leur identité. »