Alex-Olivier Voyer et le Phœnix accueillent les Voltigeurs de Drummondville, jeudi soir au Palais des sports.

Alex-Olivier Voyer à un but d’un plateau important

Des sorties de zone effectuées avec fougue, un jeu de transition à point, de l’intensité au boulot. Le Phœnix de Sherbrooke était de retour sur la glace mercredi matin pour un premier entraînement depuis son retour d’un bizarre voyage dans les Maritimes.

Le Phœnix retrouvera ses partisans jeudi soir au Palais des sports, après une absence de 16 jours en accueillant les Voltigeurs de Drummondville.

Ces mêmes Voltigeurs qui ont le numéro du Phoenix; les représentants du Centre-du-Québec ont remporté trois des cinq affrontements disputés entre les deux équipes jusqu’à présent en saison 2019-2020.

Le Phœnix a cependant remporté le dernier duel entre les deux clubs, le 28 janvier dernier au Palais des sports, par la marque de 6-4.

Les locaux avaient alors été particulièrement efficaces en deuxième période, avec 21 lancers contre seulement quatre.

« C’est une équipe qui en donne un peu plus contre nous, on dirait. Leurs gardiens de but ont très bien fait aussi contre nous et trop souvent, on a couru après le pointage », a dit l’entraîneur-chef de l’équipe Stéphane Julien.

« La dernière fois qu’on les a joués ici, on a mieux démarré notre match. Et c’est le mot d’ordre pour jeudi : amorcer le match du bon pied. Quand on peut marquer le premier but, ça nous aide beaucoup. Je crois qu’on n’a pas de défaite, ou une seulement, quand on marque le premier but. On est une équipe de momentum. »

Moins d’entraînement

Les conditions cette semaine ne sont pas optimales, pour le Phœnix.

Rentré à 6 h du matin mardi, l’équipe a vu sa semaine d’entraînement amputée d’une journée.

Une tempête, un match reporté, un autobus brisé, le Phœnix a vécu de tout, la fin de semaine dernière dans les Maritimes.

« C’était l’essence de notre message après le voyage dans les Maritimes. On va vivre des séquences éprouvantes de la sorte en séries, alors aussi bien s’y préparer tout de suite. Mardi, les gars sont allés à l’école mais on a repris l’entraînement mercredi, et les gars étaient en forme, j’étais surpris. On a eu une bonne pratique, l’ambiance est bonne, les gars étaient contents de retrouver la glace », a dit Julien.

« Je voulais leur donner congé jeudi matin, et annuler l’entraînement du matin du match, mais les gars voulaient s’entraîner. Ça te donne une idée de l’ambiance et de la mentalité dans ce vestiaire! »

Voyer s’approche de Wieser

Une observation confirmée par le vétéran Alex-Olivier Voyer.

« On en a parlé entre nous, et le niveau d’énergie était bon, alors on a décidé de maintenir l’entraînement de jeudi. Si l’équipe avait été fatiguée du voyage, on n’aurait pas hésité à l’annuler, mais ce n’était pas le cas. On veut gagner chaque match, et on a des choses à améliorer. On a vraiment une bonne communication avec le groupe d’entraîneurs », a dit le Sherbrookois.

D’ailleurs, Alex-Olivier Voyer pourrait atteindre un plateau important, jeudi contre Drummondville.

Avec 37 buts à sa fiche, il ne lui manque qu’un filet pour égaler la meilleure performance dans l’histoire de la jeune concession du Phœnix.

Tim Wieser (2014-15) et Guillaume Gauthier (2015-16) détiennent le record d’équipe avec 38.

« C’est Marc Bryson (107,7) qui m’a informé de ça, lors de notre voyage dans les Maritimes. C’est flatteur, mais ce n’est pas un objectif en soi. Le Phœnix est une jeune concession. L’important, c’est que ces buts aident l’équipe à gagner », a-t-il dit.

Samuel Poulin n’est pas trop loin non plus, lui qui a déjà 30 buts au compteur en 2019-20.

Avec 71 points en 53 matchs, Voyer connaît, et de loin, sa meilleure saison dans la LHJMQ. L’an dernier, il avait obtenu 58 points en 68 matchs.

D’ailleurs, le trio qu’il complète avec Samuel Poulin et Félix Robert, amasse les points à la pelle depuis quelque temps.

« Je n’ai rien changé de mon rôle cette année. J’ai gardé la même intensité du gars qui travaille, qui s’implique et qui veut faire de la place à ses deux coéquipiers. La seule différence, c’est que le groupe de gars est plus mature cette année. »

Voyer et ses coéquipiers savent que les Voltigeurs voudront à nouveau jouer les trouble-fêtes, jeudi soir.

« En fait, c’est le cas de toutes les équipes qui nous affrontent. Toutes les équipes en mettent un peu plus pour battre la formation qui est première au classement, et c’est normal. On est une cible. Les Voltigeurs ont une éthique de travail irréprochable et ils ont connu certains succès contre nous. On va s’assurer d’être prêt pour le défi. »

C’est Samuel Hlavaj qui aura le départ devant le filet. 

Taro Jentzsch et Xavier Parent étaient les deux seuls joueurs à porter le gilet bleu poudre, mercredi à l’entraînement.

Le premier pourrait revenir au jeu dimanche contre Blainville, tandis que le second en était seulement à un deuxième entraînement avec ses coéquipiers dans les deux dernières semaines.