Alex Boisvert-Lacroix a terminé au 17e rang lors du 500 m disputé vendredi à Salt Lake City, lors du Championnat du monde.

Alex Boisvert-Lacroix termine au 17e rang

Ça ne s’est pas déroulé comme prévu pour Alex Boisvert-Lacroix, à Salt Lake City, cette fin de semaine.

Le Sherbrookois était gonflé à bloc pour son 500 m lors du Championnat du monde de patinage de vitesse, mais il a dû se contenter d’une 17e place, avec un chrono de 34,604 secondes.

« Il est évident que le résultat est bien loin de celui souhaité et attendu. Avant cette course, je me sentais extrêmement bien physiquement. J’adore la glace à Salt Lake City. J’étais vraiment confiant. Lorsque j’ai levé la tête après la ligne d’arrivée et que j’ai vu le temps, j’étais vraiment déçu », a-t-il expliqué à La Tribune.

« Il m’a fallu une période de réflexion, d’analyse avec mon entraîneur pour comprendre le résultat. Techniquement je n’ai pas mal patiné. Ce qui s’est passé finalement, c’est que je voulais simplement trop. »

« J’ai une préférence marquée pour débuter la course dans le corridor extérieur. De cette façon, lorsqu’on fait le changement de corridor, j’ai un visuel sur mon adversaire et je peux même profiter d’une aspiration si j’ai connu un bon départ et bon premier virage. »

« Vendredi, j’étais dans le corridor intérieur. Lorsque je suis dans ce corridor, j’ai une tendance à vouloir trop en faire. Je force pour tout casser et tout donner et du même coup, je deviens plus tendu et mon patinage est beaucoup moins fluide. Cela demande énormément d’énergie et j’arrive dans la deuxième partie de la course avec moins d’énergie et de puissance pour finir la course. »

« Je vais donc devoir améliorer cet aspect, puisque c’est une question de hasard à savoir dans quel corridor je me retrouverai à chaque course. Je veux être capable d’exécuter d’aussi bonnes courses peu importe où je débute la course. »

C’est le Russe Pavel Kulizhnikov qui a remporté ce 500 m, avec un chrono de 33,727 secondes.

Alex Boisvert-Lacroix aura quelques jours pour récupérer avant de compléter sa saison.

« Je vais terminer la saison les 7 et 8 mars aux Pays Bas pour la coupe du monde finale. Je suis présentement au 10e rang mondial après le cumulatif des cinq coupes du monde de la saison. Ce sera une excellente compétition de haut niveau, où seuls les 12 meilleurs patineurs au monde sont invités. Je pourrai travailler sur différents éléments à améliorer en fin de saison d’ici là. »