Le Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix a terminé sixième au classement cumulatif du 500 m à l’issue des finales de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste, disputées à Minsk, en Biélorussie.

Alex Boisvert-Lacroix conclut la meilleure saison de sa vie

Le Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix a conclu, de son propre aveu, la meilleure saison de patinage de vitesse de sa vie, cette fin de semaine, lui qui a terminé au sixième rang du classement cumulatif de la saison sur 500 mètres, lors des finales de la Coupe du monde de patinage de vitesse longue piste, disputées à Minsk, en Biélorusse.

Dimanche, le Sherbrookois a terminé 9e en un temps de 35,19 secondes. Samedi, il s’était classé 8e (35,25 s).

S’il avait fini dans les 5 premier aux courses disputées à Minsk, ses points auraient été bonifiés, ce qui lui aurait permis d’atteindre son objectif de Top-5 au général. N’empêche, l’athlète de 30 ans reste satisfait de sa dernière campagne.

« C’est important de dire que j’ai la chance d’avoir des commanditaires, comme Matelas Houde et Groupe Beaucage, sinon je n’avais aucune chance de me déplacer ici à Minsk en Biélorussie, car Patinage de vitesse Canada n’avait plus les moyens d’envoyer des patineurs en coupe du monde. Il fallait payer le déplacement, l’hôtel, la nourriture et tout. C’était un voyage très dispendieux, mais considérant que j’étais deuxième au classement cumulatif, j’ai estimé que ça valait la peine de venir ici et de me battre jusqu’au bout et de finir la saison complètement », a indiqué le grand patineur à La Tribune.

« J’étais conscient qu’en venant ici, je n’aurais pas la meilleure forme, en tout cas, pas la même qu’à l’automne. Cette semaine, je me sentais moyen à l’entraînement, j’étais seul sur la glace et techniquement ça allait plus ou moins bien. Je ne savais pas à quoi m’attendre. Je me suis rendu compte que j’avais encore un peu de jambes et que j’étais capable d’être dans le "mix". »

« Mon objectif était de terminer dans le top 5, mais j’ai fini sixième à cinq points d’écart après 11 courses. C’était tellement serré, ça se jouait à un centième et des fois à un millième; ça représente très bien la saison en général! »

De retour pour un an; ensuite, un an à la fois


« Légère déception, donc, pour le résultat final, mais je suis vraiment très fier de ma saison. J’ai pas de gêne à la dire, c’est ma meilleure saison en carrière; j’ai gagné deux médailles d’or consécutives cet automne, mais plus important encore, je me suis classé pour les Jeux olympiques (où il a terminé 11e au 500 m, NDLR). J’ai été le meilleur Canadien au sprint là-bas, j’ai été champion canadien aussi cet hiver. Vraiment une saison extraordinaire pour moi, c’est le rêve d’une vie qui s’est réalisé. J’ai l’esprit tranquille maintenant. »

« J’ai choisi de continuer au moins un an; ensuite on va y aller une année à la fois. Ce fut une grosse saison au niveau émotif et au niveau physique. Je fais un stage à Montréal au Collège Jean-Eudes, à Montréal, et dès mardi matin je serai en poste pour enseigner aux jeunes ma passion de l’activité physique. »

Le patineur ramènera dans ses bagages l’assiette qui récompense la troisième place du Canada au classement final du sprint par équipe. Au cours de la saison 2017-2018, Boisvert-Lacroix, Laurent Dubreuil, Alexandre St-Jean, Vincent De Haître et Gilmore Junio ont tous uni leurs efforts pour offrir au pays trois victoires en Coupes du monde.