Les entraîneurs du Vert & Or n’ont toujours pas déterminé qui sera le quart-arrière partant, vendredi face aux Redmen de McGill. Conor Sinclair, Joé Hudon et Samuel Bolduc-Goulet, un nouveau venu, se sont entraînés avec l’équipe cette semaine. Xavier Owens est blessé à la main droite.

Affrontement crucial au football entre McGill et Sherbrooke

L’automne et le temps frisquet sont bien installés. Ce changement de saison indique également que la saison de football universitaire est rendue dans sa phase critique. En tout cas, pour le Vert & Or de l’Université de Sherbrooke. Avec une fiche de 0-5, il doit impérativement remporter son match de vendredi, disputé à Sherbrooke face aux Redmen de McGill, pour garder ses chances de participer aux séries.

Si Sherbrooke occupe le cinquième et dernier rang du classement RSEQ de la conférence Québec, les Redmen (1-3) sont tout juste devant le Vert & Or.

En fait, McGill a remporté sa seule victoire en 2018 contre Sherbrooke, un gain de 19-8 inscrit le 1er septembre dernier.

C’est donc dire que le Vert & Or doit d’abord battre les Redmen, vendredi, et ensuite savourer une victoire avec au moins 12 points d’écart afin de remporter le bris d’égalité entre les deux équipes à la fin de la saison, si c’est le cas.

Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de l’an dernier, quand Sherbrooke a battu McGill à Montréal, lors du dernier match de la saison, et s’est ainsi emparé de la dernière place donnant accès aux séries.

« C’est un match crucial pour les deux équipes. Les Redmen reviennent d’une pause d’une semaine, ils ont donc eu deux semaines pour se préparer pour ce match; ils veulent assurément quitter le dernier rang au Québec, qu’ils occupent depuis quelques années », a dit l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

Ce dernier devra trouver les solutions afin que son équipe non seulement inscrive des points, mais puisse aussi faire progresser le ballon.

À cet égard, le match de vendredi dernier face aux Carabins a été catastrophique : Sherbrooke n’a pu faire mieux que quatre premiers jeux, tous inscrits en deuxième demie, et une attaque totale de 55 verges.

Du jamais vu depuis les premières années du programme, en 2003.

En fait, Sherbrooke présente la pire fiche offensive au Québec avec seulement 42 points marqués en cinq rencontres.

Pis encore, il se peut que le quart-arrière Xavier Owens rate le rendez-vous, lui qui s’est blessé à la main droite, contre Montréal.

Cette semaine à l’entraînement, Conor Sinclair et Joé Hudon ont pris la majorité des répétitions, en compagnie de Samuel Bolduc-Goulet, un ancien des Cougars de Champlain et des Volontaires du Cégep de Sherbrooke, qui n’a jamais vraiment eu sa chance au collégial.

« Il est admissible, il pratique avec nous depuis quelque temps. Il était sur nos bancs d’école lorsque je l’ai invité à nous joindre. C’est un jeune homme de talent, qui ne ménage pas les efforts. On verra si on l’habille vendredi », a dit Lecompte.

« Quant à Xavier Owens, c’est la même chose, on va voir en temps et lieu », a-t-il dit.

« De toute façon, peu importe qui occupe le poste de quart, on doit mieux exécuter. Même si on a un quart de la NFL, si on ne fait pas le bloc et qu’on laisse un joueur en défensive foncer, notre quart va subir le sac. On a bien beau avoir les meilleurs jeux, appelés au bon moment, si on n’exécute pas, ça ne changera rien. »

Car des problèmes d’exécution, le Vert & Or en a connu, face à Montréal. Et plusieurs.

« On a fait le film du match et plusieurs fois, on avait le jeu qu’on voulait, au bon moment, mais on ne l’a pas exécuté correctement. Les entraîneurs peuvent se faire reprocher certaines choses, mais les joueurs doivent aussi être conscients. On a une très jeune équipe, et souvent, ce sont les gars d’expérience qui en font trop. C’est ce qu’on doit corriger. »

Le spécialiste des longues remises Dominick Brazeau devrait revenir au jeu; c’est le jeune Félix Perreault qui a fait le boulot, la semaine dernière. La condition du demi défensif Samuel Polan est quant à elle évaluée quotidiennement.