Le joueur des Expos Douglas Toro suit de près les prouesses de son frère Abraham dans la Ligue des pamplemousses.

Abraham Toro impressionne les Astros

Le joueur des Expos de Sherbrooke Douglas Toro vit présentement son rêve, mais à travers l’expérience de son frère Abraham, qui attire l’attention au camp préparatoire des Astros de Houston. Encore une fois jeudi, l’espoir québécois s’est illustré au bâton en cognant son premier circuit dans la Ligue des pamplemousses contre les Marlins de Miami.

Les amateurs de baseball québécois regardent présentement vers deux joueurs cet hiver, où les espoirs des ligues mineures se trouvent en audition en Floride : Vladimir Guerrero Jr et Abraham Toro.

Après le départ d’Éric Gagné, et avec un Russell Martin vieillissant, les amoureux de la balle pouvaient se rabattre sur Jesen Therrien des Dodgers de Los Angeles. Or, il se pourrait bien que Toro, maintenant âgé de 22 ans, fasse de plus en plus parler de lui.

« On doute toujours des jeunes joueurs du Québec, rappelle son frère Douglas. Mais tous ces joueurs ont un lien en commun : le Collège Édouard-Montepetit et son programme sport-études de baseball. Pendant qu’il y a des écoles aux États-Unis qui n’ont toujours pas vu leurs joueurs atteindre la ligue majeure, nous on en a produit quelques-uns à Montréal! Ce que je trouve important, c’est que ces joueurs ouvrent des portes aux plus jeunes, qui savent que c’est maintenant possible de graduer chez les professionnels en se développant au Québec. Abraham a appris son baseball ici de A à Z. »

« Au Collège Édouard-Montpetit, tout est si bien planifié que l’on n’a pas le choix d’apprendre à être discipliné. C’est ce qui fait la force du programme. Malheureusement, il n’y a pas encore beaucoup de joueurs du Québec chez les professionnels, mais je suis content que l’on parle de moi un peu au ici », explique Abraham Toro, qui évolue présentement avec les espoirs des différentes formations de la Ligue de baseball majeur. Les futures étoiles du baseball. Et son frère admet qu’il apprend à la vitesse grand V.

« Abraham manque d’expérience à cause de son jeune âge et présentement, il en accumule très rapidement. Il ne côtoie pas les Jose Altuve encore par contre, mais le calibre est extrêmement élevé et ressemble beaucoup à celui du baseball majeur. La balle entre au marbre à 97 miles à l’heure quand même! Côté vitesse et talent, ça se ressemble beaucoup. Mais ils se préparent tous à jouer dans les niveaux plus élevés. Et c’est correct de ne pas se mesurer tout de suite aux vedettes. Abraham a déjà assez de pression. Il a beaucoup de visibilité présentement et il doit faire bonne impression », informe l’ancien entraîneur des Expos de Sherbrooke, toujours affilié à ce club de la LBMQ.

Le principale intéressé, lui confie être heureux de ce qui lui arrive. « Jouer chez les professionnels, c’est ce que j’ai toujours voulu faire depuis que je suis petit. À 22 ans, je suis là où je me voyais. Avant la dernière saison, mon but était de faire le camp de la Ligue des pamplemousse. J’ai commencé dans le A pour ensuite faire le AA et j’aime ma progression. »

Au sujet de son coup de circuit de jeudi contre les Marlinis, Toro avoue avoir été lui-même surpris. « Je ne le savais pas que j’avais frappé la balle aussi fort. Je courais, j’avais quand même eu un bon contact, mais j’ai compris que je venais de frapper un circuit en me virant de bord et en voyant les joueurs adverses ne plus se préoccuper de la balle. Ça fait spécial de frapper un premier circuit », explique-t-il avec fierté.

Toujours sous-estimé

Partout où il est passé, Abraham Toro est souvent passé sous le radar.

« Abraham a été underdog pendant longtemps. Il a été sous-estimé parce qu’il y avait parfois un joueur qui se démarquait davantage dans son équipe ou dans sa ligue. Il aurait pu être repêché plus rapidement, mais les Astros ont fait de lui un choix de 5e ronde, ce qui n’est pas mauvais du tout. Il est considéré comme un bon espoir. Il n’a pas fait des millions dans un boni de signature, mais il pourrait faire son chemin peu à peu. »

Selon Douglas, son frère pourrait commencer dans la ligue AA au Texas à Corpus Christi pour ensuite peut-être rejoindre le AAA.

« Dans le AA, on retrouve les plus jeunes, informe Douglas Toro. Dans le AAA, c’est plus les joueurs expérimentés qui goûtent à l’occasion à la ligue majeure. Plusieurs savent frapper dans le mineur. Abraham connaît du succès au marbre, mais ce qui fera en sorte qu’il perce ou non, c’est son jeu défensif dans le losange. Il joue surtout au premier but ou comme receveur, mais il va chercher un peu d’expérience au champ et au premier but présentement, ce qui ne peut pas nuire. »

Un rêve mis de côté

Douglas Toro aurait aimé faire ses classes chez les professionnels. Maintenant âgé de 34 ans et employé à la Banque Nationale, il admet que son frère Abraham vit le rêve qu’il n’a pu réaliser lui-même.

« Bien sûr que j’aurais voulu me rendre jusque là. Mais à mon époque, il n’y avait pas beaucoup de recruteurs au Québec. C’était aussi l’époque où les joueurs étaient sur les stéroïdes et que les joueurs latinos ne donnaient pas toujours leur vrai âge. Et il y avait aussi les joueurs qui ne donnaient pas leur vrai âge et qui étaient en plus sur les stéroïdes. Si des Québécois étaient repêchés, c’était souvent à la toute fin de la séance de repêchage. »

Le joueur des Expos ne sait d’ailleurs pas s’il reviendra à Sherbrooke cet été.

« On n’entend pas beaucoup parler des Expos. On se demande d’ailleurs si l’équipe sera de retour, mais on risque d’avoir bientôt des nouvelles! » indique-t-il.