Le Challenge Brasserie Lac Brompton en était à sa sixième édition et pour l'occasion, les organisateurs avaient mis sur pied un parcours techniquement difficile sur le plan du vélo de montagne.

À l'aventure au Lac Brompton

Le dicton « on ne change pas une formule gagnante » n'est pas toujours à appliquer à la lettre. À preuve, les ajustements apportés au parcours pour la 6e édition du Challenge Brasserie Lac Brompton ont emballé autant les organisateurs que les participants.
Un tout nouveau tracé, débutant à Saint-Denis-De-Brompton et s'échellonant jusqu'au camping de la plage Mckenzie, attendait les quelque 70 équipes d'athlètes d'endurance venues affronter ce défi d'aventure qui allie vélo de montagne, course à pied, nage et obstacles dans une même épreuve physiquement éprouvante.
« C'est un parcours assez technique sur le plan du vélo de montagne par rapport à l'année dernière », soulignait après sa course Marilaine Savard du club Trifort de Chambly, championne avec son coéquipier François Lachance du volet mixte de la compétition.
Samuel Plourde, deuxième dans la classe élite, mentionnait pour sa part à quel point le volet course à pied était plus difficile, notamment en raison de l'escalade.
« La principale différence, c'est que cette année, il n'y avait pas de canoë. Les années d'avant il y avait un peu moins de course et de vélo », a-t-il ajouté.
La longueur du parcours est un autre ajustement majeur apporté à cette sixième édition. Une nouvelle classe « sprint » a également été créée : une version comprimée du parcours pleine distance.
« Les gens qui trouvaient le challenge corsé par sa longueur, maintenant ils ont trouvé leur classe », expliquait l'organisateur de l'événement, Vincent Massé. Du coup, plusieurs jeunes ont joint l'aventure du Challenge Brasserie Lac Brompton en compagnie de leurs parents et de nombreux nouveaux participants ont eux aussi tenté l'expérience.
Ces changements au parcours, combinés à une température parfaite pour ce genre de course - autour de 20 °C -, ont entraîné des chronos à la baisse pour l'édition 2014.
« Les temps sont assez rapides », indiquait M. Massé après l'arrivée des premières équipes.
« L'année passée c'était plus long comme parcours, a elle aussi noté Marilaine Savard, qui en était à sa deuxième participation. Cette année c'était plus rapide, mais aussi plus technique dans la portion vélo. »
Un Challenge Brasserie Lac Brompton qui a plu à la triathlonienne venue de la Montérégie : « Je savais qu'un jour j'allais venir participer à des courses dans la région et je vais continuer, j'ai vraiment aimé ça. »