Le directeur général Jocelyn Thibault et le président Denis Bourque se réjouissent de la tenue de leur organisation.

« Le Phœnix a une saveur et une couleur » - Jocelyn Thibault

Le Phœnix est rendu là où l’état-major le souhaitait. L’avenir semble rose et les dirigeants en sont conscients.

« Quand les gens parlent de nous, nous regardent à la télé ou viennent au Palais des sports, ils savent que le Phœnix a une saveur et une couleur maintenant », clame Jocelyn Thibault.

Selon le directeur général, beaucoup de chemin a été parcouru par sa jeune formation lors des deux dernières saisons.

« On souhaitait commencer les séries à la maison en ayant l’avantage de la glace et on a atteint notre objectif, indique Jocelyn Thibault. L’organisation avait bâti un plan. Quand Stéphane Julien et moi avons pris les commandes de l’équipe il y a trois ans, on souhaitait améliorer l’éthique de travail. Ensuite, on a fait confiance à beaucoup de jeunes. L’an dernier, on pouvait compter sur d’excellents vétérans qui ont permis à l’équipe de progresser et d’avoir du succès en montrant l’exemple aux jeunes. Cette année, c’était un peu épeurant. On avait encore beaucoup de jeunes : un de 16 ans et dix de 17 ans. Ils devaient cette fois voler de leurs propres ailes. »

La fiche de 36-27-2-3, la victoire du Phœnix en première ronde contre l’Armada de Blainville-Boisbriand et la tenue des Sherbrookois lors de leurs derniers matchs contre les Voltigeurs de Drummondville au deuxième tour éliminatoire ont de quoi réjouir les dirigeants.

« Notre fondation s’est solidifiée, tout comme notre identité, affirme Thibault. Nos jeunes joueurs sont devenus des leaders. On a pu compter sur un bon leadership grâce à Samuel Poulin, Alex-Olivier Voyer, Benjamin Tardif et Félix Robert. »

« On a pressé le citron très fort avec nos jeunes défenseurs, renchérit l’entraîneur Stéphane Julien. Les gens ne nous voyaient pas du tout là. Notre groupe est tissé très serré. Avec du recul, quand je repense à ce que nos jeunes joueurs ont accompli, entre autres dans les derniers matchs contre les Voltigeurs, j’ai une fierté immense. »

Samuel Poulin

L’année folle de Samuel Poulin se poursuit

Il fallait s’y attendre, mais l’année folle de Samuel Poulin se poursuit : il rejoint Équipe Canada M18 pour le Championnat du monde en Suède, qui commencera jeudi.

La prestation du capitaine du Phœnix de Sherbrooke en séries l’a aussi amené à grimper de cinq rangs (22e) au classement final de la Centrale de recrutement de la LNH, publié lundi. Grâce à ses huit buts et six mentions d’aide en dix matchs éliminatoires, l’attaquant de 17 ans dépasse ainsi Jakob Pelletier (27e) des Wildcats de Moncton tout en se rapprochant de Raphael Lavoie, qui glisse au 20e rang du classement nord-américain. 

Chez les autres joueurs du Phœnix, Oliver Okuliar et Thommy Monette ne se retrouvent plus parmi les espoirs de la Centrale. Pourtant, ils étaient répertoriés lors du classement de mi-saison. Bailey Peach (151e) grimpe quant à lui de 62 rangs. Finalement, Taro Jentzsch (102e) demeure environ au même rang que celui de la mi-saison.

En vitesse

Le président de la formation, Denis Bourque, s’est également dit satisfait de la dernière saison : « Pour ce qui est du volet événementiel et marketing, on a connu une saison incroyable. Grâce à nos nombreuses collaborations, on a pu accueillir plus de 90 000 amateurs au Palais des sports. On est très satisfaits. Sur le plan sportif, c’était aussi au-delà de nos attentes. On a d’ailleurs senti les Sherbrookois derrière nous. D’année en année, le Phœnix prend plus de place dans le paysage sportif de la région. »

/////

Pas moins de 34 matchs thématiques ont été organisés en 2018-2019 : « Le plus marquant a probablement été celui avec Jevi et nos chandails de superhéros », souligne M. Bourque, tout en rappelant la tenue du match des anciens.

/////

Les tempêtes hivernales ont nui à l’achalandage à la billetterie, selon le président du Phœnix. Malgré tout, ce dernier estime que les finances se replacent peu à peu et Denis Bourque se dit également très fier de la contribution sociale du Phœnix : « Près de 7000 personnes ont pu assister gratuitement aux parties grâce à la collaboration des partenaires. Environ 30 000 $ ont également été remis aux œuvres caritatives grâce aux différentes activités du Phœnix. Finalement, pas moins de 5600 étudiants ont assisté aux matchs du Phœnix lors de nos soirées étudiantes, le triple des dernières années. »