Contenu commandité
Une année «rock and roll» à La Tribune
actualités
Une année «rock and roll» à La Tribune
Il y a un an jour pour jour, la Coopérative de solidarité La Tribune voyait le jour. Le 9 décembre 2019 avait lieu l’assemblée générale de fondation. En plus d’avoir composé avec la pandémie, les artisans du quotidien ont fermé leurs presses, ont déménagé rue King Ouest, ont effectué leur virage numérique et mis en place l’abonnement virtuel, ont embauché un nouveau directeur général et un nouveau chroniqueur. 
Partager
Une année «rock and roll» à <em>La Tribune</em>

actualités

Une année «rock and roll» à La Tribune

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Il y a un an jour pour jour, la Coopérative de solidarité La Tribune voyait le jour. Le 9 décembre 2019 avait lieu l’assemblée générale de fondation. En plus d’avoir composé avec la pandémie, les artisans du quotidien ont fermé leurs presses, ont déménagé rue King Ouest, ont effectué leur virage numérique et mis en place l’abonnement virtuel, ont embauché un nouveau directeur général et un nouveau chroniqueur. Tout ça dans les 365 derniers jours. Et elle en sort plus forte.

Le 23 décembre de la même année, les coopératives de, La Tribune, du Droit, du Soleil, de La Voix de l’Est, du Quotidien et du Nouvelliste, obtenaient l’aval de la Cour supérieure pour reprendre la possession de leur média respectif. 

Ce fut une grosse année pour le président du conseil d’administration de la coopérative et ancien maire de Sherbrooke, Jean Perrault. « Ç’a été assez compliqué! raconte-t-il. [...] Ç’a été très mouvementé. »

« Ce qu’il est intéressant de constater, c’est l’appréciation de la population dans les gestes qui sont posés. Dernièrement, la section Ma Région dans l’application numérique a été très bien accueillie par les lecteurs », constate l’ancien maire, qualifiant l’année de « rock and roll ».

À lire aussi

L’ensemble du conseil d’administration a appris à connaître le rouage administratif. « Il y a eu une assemblée générale, un lac-à-l’épaule... Bref, il y a eu du pain sur la planche! » témoigne celui qui ne pensait pas que son travail bénévole à titre de président du CA allait être compliqué par une pandémie.

Virage numérique en accéléré

Trésorière pour la coopérative et journaliste, Mélanie Noël rappelle que les mois de janvier et février étaient prometteurs pour la suite des choses. « Notre plan de relance nous permettait d’atteindre la rentabilité à la troisième année. On était au-dessus de nos prévisions. Quand la pandémie est arrivée, c’était un choc, comme pour tout le monde. On a perdu 80 % de nos annonceurs en peu de temps, donc on a dû réagir rapidement, comme plusieurs », se souvient celle qui est impliquée dans la relance du journal depuis l’annonce de la chute du Groupe Capitales Médias.

« On a donc entrepris notre virage numérique beaucoup plus rapidement qu’on pensait, poursuit-elle. Alors que le plan devait s’étaler sur 15 à 18 mois — on devait abandonner le papier de façon progressive et arriver à une édition papier seulement le samedi à l’été 2021 —, on l’a fait en mars 2020. »

Les employés ont donc dû s’habituer à s’investir pour les éditions numériques dans le contexte de télétravail, pendant que d’autres faisaient leurs boîtes au 1950 rue Roy pour déménager rue King Ouest. 

Récemment, La Tribune a lancé son abonnement numérique. « Ceux qui s’abonnent cette semaine ont quatre semaines gratuites. À ce jour, la réponse est excellente, ce qui cause un débordement au service à la clientèle. On s’en excuse, mais ça prouve que la demande est là », lance Mme Noël, soulignant cependant que La Tribune a au moins eu l’occasion de remercier la population lors du gala du Mérite estrien, organisé juste avant la crise de la COVID-19. 


« Ça me permet d’arriver en sachant qu’il y a une équipe en place qui a un niveau d’engagement extraordinaire. »
Hugo Fontaine

Les employés ont également su trouver des méthodes de financement concrètes : le café La Tribune d’Hubert Saint-Jean, disponible dans 12 points de vente, a trouvé preneur à 4044 reprises en région. Et la vente des clichés des photographes a permis à la coopérative de financer une partie de ses activités. 

Le nouveau directeur général du journal, Hugo Fontaine, a suivi le dossier de la création de la coopérative, alors qu’il était directeur de la section affaires de La Presse

« De l’extérieur, ce qui nous a impressionnés, c’est la capacité qu’ont eue les employés des coops de se retrousser les manches et de ne pas s’apitoyer sur leur sort. Il y avait une mission primordiale qui était de sauver les entreprises. Il y avait quelque chose de neuf dans le modèle pour préserver cette mission fondamentale. J’ai trouvé ça impressionnant, admirable et stimulant. Ce n’est certainement pas étranger au fait que j’ai décidé de me joindre à l’équipe. Ça me permet d’arriver en sachant qu’il y a une équipe en place qui a un niveau d’engagement extraordinaire. C’est vraiment plaisant », exprime M. Fontaine.

« Je pense que ce n’est pas fini ! », croit le DG

actualités

« Je pense que ce n’est pas fini ! », croit le DG

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Si la dernière année de La Tribune s’est avérée mouvementée, la prochaine le sera tout autant, pense le nouveau directeur général de La Tribune, Hugo Fontaine.

« Je pense que ce n’est pas fini! C’est un nouveau modèle en fabrication. C’est encore un peu mouvant. Je pense qu’il y aura autant de rebondissements positifs! Je crois qu’il y aura beaucoup de nouveautés [...] Les gens vont vouloir trouver des manières innovantes pour nous aider et on veut trouver des manières innovantes pour tisser des liens avec eux. C’est stimulant », assure-t-il, ajoutant qu’il prend actuellement acte des différents projets menés par les artisans du quotidien.

« J’espère arriver rapidement, au début de l’année, avec des objectifs très précis et peut-être de nouvelles idées. Je suis à La Tribune depuis sept jours et j’entends parler d’un paquet d’initiatives entamées ou évoquées qui sont extrêmement emballantes. Mon rôle sera de les porter et de les faire rayonner », continue-t-il. 

Plus solide

Est-ce que La Tribune est plus solide qu’à pareille date l’an dernier? « Vraiment! répond la trésorière de la coopérative de solidarité La Tribune et journaliste Mélanie Noël. Financièrement, ça va mieux qu’on pensait. On a été conservateurs et on est encore mieux que le bilan initial de notre plan de relance, même si nous sommes très prudents. Et c’est aussi vrai pour le dynamisme de l’équipe. »

Mme Noël rappelle cependant que le quotidien aura encore besoin du soutien de la communauté, qui se traduit par l’achat d’abonnements. « Il faut rester avec nous, on a une valeur. Et on n’a pas des salaires de fous. Mais si on veut continuer à raconter les histoires des gens d’ici, ça prend de l’argent », souligne-t-elle, rappelant que l’abonnement numérique est « aussi tangible qu’une chanson qu’on écoute et un film qu’on regarde ».

Le président du CA de la coopérative, Jean Perrault, croit que la population a besoin de La Tribune pour parler « parler de nous aux niveaux sportif, culturel, économique et politique. Il faut que des journalistes présentent ce qui se passe », réitère « Monsieur Sherbrooke ». 

Pour la prochaine année, l’ancien maire souhaite le retour d’une certaine normalité. « Une fois que ce sera stabilisé, je crois que la vie va reprendre lentement. La Tribune va être là, au gré du moment. Elle peut donner espoir en écrivant comme elle le fait les samedis. Je pense qu’elle va continuer dans cette veine d’informer et d’analyser », résume-t-il. 

Local. De calibre mondial : un lancement prometteur!

Local. De calibre mondial : un lancement prometteur!

Gilles Carignan
Gilles Carignan
Directeur général de la Coopérative Le Soleil
MOT DE LA DIRECTION / Le message que nous recevons cette semaine de nos lectrices et lecteurs est clair : vous tenez à l’information locale, et vous reconnaissez la valeur des contenus que nous produisons chaque jour pour vous.

Depuis le lancement de l'abonnement numérique mardi, plus de 2000 lecteurs ont adhéré à l’un de nos forfaits. Ils confirment ainsi leur désir de contribuer à maintenir et développer notre offre d’information, exactement comme le font depuis longtemps nos abonnés à la version papier (ou sa réplique électronique).

Merci de faire de cette étape importante de notre relance un succès jusqu'ici. Et ce n'est qu'un début: l'abonnement numérique ne deviendra indispensable qu'à partir du 4 décembre pour profiter de la totalité de nos contenus. 

Pas de raison néanmoins d'attendre: nos nouveaux abonnés profitent d'une offre de lancement gratuite d'ici la fin de 2020. Notre site Internet et notre application mobile intègrent tous les outils permettant de s'abonner et de gérer le forfait de son choix. Le prix des forfaits varie de 9,95 $ à 16,95 $ par mois, selon vos préférences de lecture. Vous trouverez tous les détails de nos trois forfaits ici.

Une grande campagne accompagne le lancement de l'abonnement numérique, mettant de l’avant une signature qui célèbre l’information de proximité: Local. De calibre mondial. C'est l'engagement du Soleil à vous livrer une information de proximité de qualité, selon les plus hauts standards d'excellence.

Cette transition vers l'abonnement numérique concerne d'abord les milliers d'usagers de notre application mobile. À partir du vendredi 4 décembre, il faudra être abonné pour consulter nos éditions quotidiennes. 

Sur notre site Internet, les lecteurs pourront continuer de consulter jusqu’à six contenus gratuits par mois. Pour les trois premiers, aucun enregistrement n’est nécessaire. Pour les trois autres, il suffira de créer (gratuitement) un compte utilisateur. Pour la totalité de notre offre, il faudra avoir adhéré à l'un de nos forfaits.

Le déploiement de l’abonnement numérique se fait simultanément sur les plateformes des coops Le Droit (Ottawa/Gatineau), Le Nouvelliste (Mauricie/Centre-du-Québec), Le Quotidien (Saguenay-Lac-Saint-Jean), La Tribune (Sherbrooke) et La Voix de l’Est (Granby). En vous abonnant au Soleil, vous aurez aussi accès, sans frais supplémentaires, aux contenus numériques de l’ensemble des six médias régionaux membres de notre groupe. 

Le papier demeure

Dans cette transition numérique, notre édition papier demeure. Si vous êtes abonnés à la version imprimée du samedi, vous aurez automatiquement droit à tous les contenus sur l’ensemble de nos plateformes numériques. Vous recevrez dans les prochains jours – si ce n’est déjà fait - un code d’activation pour profiter pleinement de votre forfait.

Nos contributeurs (membres et ambassadeurs), ainsi que nos abonnés aux éditions électroniques (Pressreader), sont aussi contactés ces jours-ci afin de faire le point sur les possibilités offertes par nos forfaits.

Vous êtes d'ailleurs nombreux à contacter notre service à la clientèle afin d'obtenir de l'aide et des réponses à vos questions. Nos préposés font tout en leur pouvoir afin de répondre rapidement à toutes les demandes, mais en raison du volume d'appels actuel, il leur est impossible de le faire dans les délais habituels. 

Merci de faire preuve de patience, personne ne sera laissé pour compte. N’hésitez pas à consulter notre foire aux questions ou à contacter notre service d’abonnement par courriel.

Une étape majeure

Le lancement de l’abonnement numérique est une étape majeure dans notre désir de bâtir un avenir solide au Soleil. Elle marque un pas important dans la concrétisation du plan d’affaires de notre coopérative, dont la réussite est liée à l’engagement de la communauté pour une information fiable et pertinente.

Si Le Soleil a traversé 125 ans d’évolutions technologiques et de défis économiques, c’est grâce à ses abonnés, à la fidélité de ses lecteurs, qui, de génération en génération, ont reconnu la valeur de l’information. Il n’en sera pas autrement pour l’avenir du Soleil dans l’environnement numérique. C’est grâce à nos abonnés que nous allons continuer.

Merci de nous faire confiance. Nous sommes fiers de continuer à vous servir.

___

  • Jetez un coup d'œil au premier élément de notre campagne Local. De calibre mondial en cliquant ici. 
  • Pour tout comprendre à propos de nos forfaits tout compris, c'est par ici.