La Tribune
Contenu commandité
Une agression sexuelle gérée comme une affaire de ressources humaines
Justice et faits divers
Une agression sexuelle gérée comme une affaire de ressources humaines
La direction du CSSS de l’Outaouais n’a pas appelé la police et «n’a porté aucune attention» au protocole d’aide aux victimes d’agression sexuelle, après qu’une patiente affaiblie ait rapporté avoir été la proie d’un infirmier auxiliaire de l’hôpital de Hull, en novembre 2019.
Partager
Une agression sexuelle gérée comme une affaire de ressources humaines

Justice et faits divers

Une agression sexuelle gérée comme une affaire de ressources humaines

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Les Coops de l'information
La direction du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) n’a pas appelé la police et «n’a porté aucune attention» au protocole d’aide aux victimes d’agression sexuelle, après qu’une patiente affaiblie ait rapporté avoir été la proie d’un infirmier auxiliaire de l’hôpital de Hull, en novembre 2019.
«Ils m’ont traitée de A à Z comme de la ‘chnoute’»

Justice et faits divers

«Ils m’ont traitée de A à Z comme de la ‘chnoute’»

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Les Coops de l'information
Caroline (nom fictif) a parlé à la police seulement une semaine après avoir été agressée sexuellement par un infirmier auxiliaire de l’hôpital de Hull. Pendant cette période, la femme séjournait toujours dans l’établissement de santé, alors que sa famille nageait en plein mystère quant à l’aide psychologique à laquelle elle avait droit.