Contenu commandité
Un marché fou
Un marché fou
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les taux hypothécaires sont très bas en ce moment ce qui favorise les acheteurs et par le fait même la demande.
Les taux hypothécaires sont très bas en ce moment ce qui favorise les acheteurs et par le fait même la demande.

Pourquoi les maisons sont-elles si chères ?

Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Mais pourquoi diable les prix des maisons et des copropriétés sont-ils si élevés en ce moment? C’est une question qu’on entend souvent. Il y a énormément de facteurs en jeu, mais voici un résumé de la situation actuelle.

Pour faire simple, les prix sont élevés puisque la demande est plus forte que l’offre. Il y a tout simplement plus de gens qui recherchent une maison que de gens qui en vendent. La pandémie est bien sûr en cause. D’un côté, plusieurs personnes cherchent à quitter leur appartement, car la dernière année a été très difficile en confinement. Le télétravail permet aussi de s’éloigner de son milieu de travail.

De l’autre côté, beaucoup de personnes âgées, qui normalement seraient prêtes à vendre pour aller en résidence ou dans un appartement, retardent leur décision pour éviter d’avoir à déménager en pleine pandémie. Les maisons de retraite et les résidences pour personnes âgées ont également déjà eu meilleure réputation. 

Selon les chiffres de Centris, il y avait environ 32 000 maisons unifamiliales en vente à pareille date l’an dernier, elles ne sont aujourd’hui qu’un peu plus de 15 000 sur le marché. L’offre a donc diminué de 53 % tandis que la demande a explosé, ce qui cause un débalancement important.

Selon les chiffres de Centris, il y avait environ 32 000 maisons unifamiliales en vente à pareille date l’an dernier, elles ne sont aujourd’hui qu’un peu plus de 15 000 sur le marché.

Taux hypothécaire

Les taux hypothécaires sont aussi très bas en ce moment ce qui favorise les acheteurs et par le fait même la demande. Il est tentant d’en profiter. 

« Quand les taux baissent de 1 % ou 1,5 % comme ils ont fait depuis un an, ça fait en sorte qu’on peut se payer une maison 20 % plus chère pour les mêmes versements hypothécaires mensuels, explique Claudia Champagne, professeure à l’Université de Sherbrooke. Ça aide à augmenter la demande puisque les gens peuvent s’acheter une maison plus cher. »

Tout cela entraîne une augmentation des prix. Une maison mise en vente a rapidement plusieurs visites puisqu’il n’y a pas beaucoup d’autres maisons disponibles et que plusieurs personnes en cherchent. Dans ce contexte, le vendeur peut se permettre de demander un peu plus cher et d’être plus strict sur la négociation. Les acheteurs peuvent de leur côté se permettre d’offrir un peu plus, car les taux sont bas. On tombe donc rapidement dans le jeu de la surenchère surtout si plusieurs acheteurs viennent de vendre une autre propriété à gros prix.

« Il n’y a pas de règle qui dit que le prix ne peut pas augmenter et il n’y a pas de règle qui dit que le prix ne peut pas baisser, résume Mme Champagne. Les prix varient selon l’offre et la demande. Tout ce qui fait augmenter la demande fait augmenter le prix et tout ce qui fait augmenter l’offre pourrait faire baisser les prix. » Simon Roberge

Claudia Champagne