Contenu commandité
Un été dans la province
Un été dans la province
C’est par les paysages de ses routes que les Cantons-de-l’Est s’ouvrent aux visiteurs.
C’est par les paysages de ses routes que les Cantons-de-l’Est s’ouvrent aux visiteurs.

Offrir un nouveau regard au touriste local

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
Les vacanciers comme les attractions touristiques devront s’adapter aux nouvelles réalités sociosanitaires pour l’été 2020. Comment l’industrie s’adapte-t-elle et à quoi doivent s’attendre les voyageurs? La Tribune s’est penchée sur la question.

Le défi pour l’industrie touristique sera d’amener des visiteurs locaux à découvrir leur région sous un regard renouvelé.

La professeure à la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme à l’Université Laval à Québec, Pascale Marcotte, estime que l’industrie touristique devra axer sur la fibre de la solidarité à l’instar de l’industrie agroalimentaire avec sa compagne d’achat local lors de la pandémie de la COVID-19.

« L’industrie touristique dans les régions du Québec comme l’Estrie, les Laurentides ou Charlevoix doit miser sur l’aspect nature et la perception de vaste terrain de jeu qu’elles représentent », estime la professeure au département de géographie de l’Université Laval.

Elle croit que les grands centres comme Montréal et Québec devront redoubler d’efforts pour attirer les Québécois afin de contrer la réticence du visiteur à se rendre vers la ville et l’absence d’attraction de masse comme les grands festivals.

Pascale Marcotte signale que la reprise post-pandémie se fera sous le signe de l’innovation pour créer une offre de service sécuritaire.

« Il y a tout l’aspect de la confiance à développer pour l’industrie touristique. Ils devront développer cette habileté à démontrer que c’est agréable et sécuritaire malgré les contraintes mises en place. Les vacances riment avec la liberté, le bien-être et le non-contrôle. L’industrie touristique doit réussir à intégrer ces notions sanitaires dans un tel contexte », signale la professeure de l’Université Laval.

Elle cite en exemple un café, qu’elle a visité récemment, qui a utilisé de vieilles fenêtres pour séparer les tables sur sa terrasse au lieu du maintenant traditionnel plexiglas. À Sherbrooke, le restaurant Auguste du centre-ville a disposé des œuvres de l’artiste Matthieu Binette, des photos de Jocelyn Riendeau et du mobilier de Raphael Zweidler entre ses tables.

« C’est une belle façon d’intégrer la mesure contraignante, mais de façon amusante », cite la professeure Marcotte.

Elle croit que certaines entreprises touristiques notamment en restauration pourraient avoir de la difficulté à se relever de cette période plus difficile sur le plan financier.

« Les entreprises touristiques qui possèdent un fonds de commerce plus important pourraient cependant tirer avantage des mesures d’aide mises en place par le gouvernement pour renouveler leurs équipements », croit Pascale Marcotte.

Expérience différente, mais intéressante

La directrice générale adjointe de Tourisme Cantons-de-l’Est Annie Langevin convient que l’expérience touristique sera différente, mais qu’elle sera néanmoins tout aussi intéressante et surtout sécuritaire sur le plan sanitaire.

« On s’attend à ce que les gens des Cantons redécouvrent leur région. On se plaît à dire qu’un résident de Bromont peut faire un très bon visiteur de la région de Lac-Mégantic », signale Annie Langevin.

Par le chemin ces Cantons, la route des vins et la route des Sommets, les Cantons-de-l’Est vont offrir leurs attraits d’abord aux gens de la région.

« Il y a de beaux attraits à découvrir en prenant les routes de campagne hors des autoroutes 10 et 55. Notre stratégie touristique va se déployer en trois phases cet été. Nous allons inviter les gens d’ici à découvrir les attraits de leur région. Par la suite, nous allons inviter les gens des régions limitrophes avant de peut-être nous tourner vers la région de Montréal vers la fin de l’été en fonction des consignes de déconfinement », mentionne Annie Langevin.

Tourisme Cantons-de-l’Est travaille avec les partenaires à favoriser les maillages afin d’offrir des escapades comme l’a proposé la ministre du Tourisme du Québec, Caroline Proulx, la semaine dernière.

« Il y a de belles formules en duo ou en trio qui vont se développer. La région demeure une destination de choix pour les activités de plein air. La réouverture des restaurants permet aussi de présenter les Cantons-de-l’Est comme destination gourmande », signale la directrice adjointe de Tourisme Cantons-de-l’Est.