Contenu commandité
Saison culturelle 2021 : Des ventes souvent lentes à reprendre
Saison culturelle 2021 : Des ventes souvent lentes à reprendre
Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Attente et optimisme au Vieux Clocher de Magog

Steve Bergeron
Steve Bergeron
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Même si les ventes de décembre sont plus timides jusqu’à maintenant, Bernard Caza a bon espoir que le sprint final des dix jours avant Noël sera à la hauteur.

« Cette semaine, c’est un petit peu lent par rapport aux années précédentes, mais je compte bien avoir un rush du 14 au 24, comme chaque année, pour les cadeaux de dernière minute. C’est pour ça qu’on reste actifs en mettant notre programmation de l’avant », commente le directeur artistique du Vieux Clocher de Magog, rassuré par le fait qu’en ce moment, la salle peut s’appuyer sur 5500 billets vendus pour des spectacles reportés, et qui n’attendent que d’être honorés.

« Ça représente 210 000 $ », précise-t-il, soulignant que plusieurs dates sont complètes, notamment le passage de Claude Dubois, censé marquer la réouverture, les 15 et 16 janvier. « Plusieurs autres soirées sont déjà à 100, 125 billets », ajoute-t-il, rappelant que la nouvelle jauge est de 194 places pour respecter la distanciation physique.

Le Vieux Clocher de Magog s’est lui aussi lancé dans les cartes-cadeaux virtuelles, lesquelles permettent d’éviter manipulation et visite au guichet.

« Après neuf mois de COVID, le public sait que les modalités de remboursement sont très souples et très rapides (la même semaine), mais comme on ignore quand ça va rouvrir, plusieurs préfèrent les cartes-cadeaux. On a 76 000 $ de ventes déjà réalisées dans ce créneau-là. »

« Dès que nos portes seront ouvertes, ça devrait se remplir assez vite. Et j’imagine que les gens auront vraiment le goût de sortir. La réponse qu’on a en ce moment, c’est qu’ils ont hâte de revenir et qu’ils veulent être tenus informés. » 

Bernard Caza observe aussi que les réservations se font sur toute la saison et ne sont pas uniquement concentrées, par exemple, en été et automne 2021, pour lesquels il est permis d’espérer davantage un retour à la normale.

« Les gens souhaitent une rencontre avec un artiste, alors ils préfèrent acheter maintenant, quitte à ce que ce soit repoussé, plutôt que de risquer de rater ce rendez-vous », déduit-il.

Bernard Caza, directeur artistique du Vieux Clocher de Magog

Folle réouverture

Le Vieux Clocher de Magog a été le premier à rouvrir ses portes dans la région, soit le 11 juillet, ce qui lui a permis de reprendre ses activités pendant quatre mois. « Ça a été fou au début! Majoritairement, nous avons été complets ou presque pour les 56 représentations durant cette période. Par chance, nous avons l’aide du Conseil des arts et lettres du Québec pour les frais fixes. »

Bernard Caza avoue qu’il est un peu moins « spectacle virtuel ». « Mais ça bouge beaucoup dans ce créneau en ce moment et on analyse la situation. Par exemple, on pourrait installer deux ou trois caméras et vendre 150 billets virtuels. Ça peut être très bon pour la relève ou pour certains artistes qui n’ont pas le choix, mais je ne pense pas qu’on se dirige vers ça. »