Contenu commandité
Quand le sport s'arrête...
Quand le sport s'arrête...
Peu de gens connaissaient Usain Bolt avant qu’il ne foule la piste d’athlétisme lors du 200 mètres, mais sa domination a jeté les bases de la légende qu’il commençait à construire.
Peu de gens connaissaient Usain Bolt avant qu’il ne foule la piste d’athlétisme lors du 200 mètres, mais sa domination a jeté les bases de la légende qu’il commençait à construire.

« La Foudre » Bolt tonne dans le stade

Serge Denis
Serge Denis
La Tribune
 Il pleuvait ce jour-là et un vilain vent de face balayait la piste neuve du stade d’athlétisme de l’Université de Sherbrooke. En fait, rien n’annonçait que la « Foudre » viendrait du corridor numéro 4, où l’homme le plus rapide sur terre encore aujourd’hui allait commencer à construire sa légende ce 13 juillet 2003. 

Peu de gens connaissaient alors Usain Bolt, qui n’a pas encore 17 ans et ne porte pas ses célèbres chaussures dorées. Richard Crevier était de ceux-là. L’entraîneur-chef de l’équipe canadienne aux Mondiaux Jeunesse et entraîneur de l’équipe d’athlétisme de l’Université de Sherbrooke ne l’avait pas encore vu à l’œuvre, mais il était au courant de ses exploits. « On l’attendait, se souvient-il. On avait entendu parler de ses performances et on avait très hâte de le voir. »

Et personne dans le stade n’a été déçu après que le Jamaïcain ait battu le record des championnats juniors aux 200 m. Personne, sauf peut-être Bolt lui-même. « Je suis déçu de ne pas avoir établi le record du monde », avait-il déclaré après avoir enfilé sa médaille d’or, selon ses propos rapportés par le journaliste de La Tribune Louis-Éric Allard. 

« Ça avait l’air tellement facile ! »

Aujourd’hui directeur de l’information, M. Allard est encore impressionné par la « facilité déconcertante » avec laquelle Bolt a devancé l’Étatsunien Michael Grant, qui n’avait pourtant rien d’un figurant. « Ça avait l’air tellement facile! Je n’avais pas les connaissances en athlétisme comme au hockey pour déceler un talent d’exception chez les jeunes athlètes, mais quand il a passé le fil d’arrivée loin devant son plus proche rival (6 m!), on a compris tout de suite qu’il se rendrait aux Jeux olympiques et qu’il gagnerait des médailles. »

Usain Bolt est à ce jour le sprinteur le plus titré de l’histoire des Jeux olympiques, avec huit médailles d’or, et des championnats du monde, avec 11 victoires. Jamais avant lui un athlète n’avait détenu la marque mondiale dans trois catégories, soit le 100 m, qu’il n’intégrera qu’en 2008, au 200 m et au 4X100 m. 

« Ce qui distingue Bolt des autres athlètes, c’est sa grandeur, analyse Richard Crevier. C’est rare qu’une personne de 6 pi 5 po (1,98 m) parvienne à maîtriser la mécanique du sprinteur. D’ailleurs, il est rarement un des premiers au départ, mais ses foulées sont tellement longues et puissantes qu’il parvient à dépasser tout le monde dans les 40 derniers mètres. 

« Pour moi, reprend M. Crevier, la performance d’Usain Bolt a certainement été un des moments forts des Mondiaux Jeunesse de 2003. Ça et la cérémonie d’ouverture, ça reste mes plus beaux souvenirs. »