Contenu commandité
Plus jamais comme avant
Plus jamais comme avant

Repenser l’organisation du mode de travail

SHERBROOKE — Si le gouvernement souhaite conserver la pratique du télétravail une fois la pandémie terminée, c’est tout le mode de gestion du travail qui devra changer, prévient la présidente du Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec. 

« La difficulté du travail à la maison se trouve du côté des gestionnaires. En ce moment, la façon de mesurer le rendement des employés, c’est le présentéisme. À la place de travailler avec des mandats ou des livrables, les gestionnaires travaillent avec un système calculé à l’heure, mais la notion d’heures de travail perd tout son sens en télétravail », souligne Line Lamarre qui voit le travail à distance comme une opportunité de redonner plus d’autonomie aux employés gouvernementaux.

« Il y a certains milieux de travail où il y a des compteurs de temps. Si tu n’es pas à ton clavier en train de travailler depuis quelques minutes, il y a un petit moniteur qui s’allume. Ailleurs, le temps que vous passez dans un dossier est minuté... La question du temps est omniprésente. L’idée d’aller vers le télétravail et de travailler avec des mandats pourrait redonner de l’autonomie et de la motivation à ces employés. Ça exige toutefois de repenser à toute l’organisation du travail », conclut Mme Lamarre.

Vers une certification pour les espaces de travail partagé?

L’Association Télétravail Québec s’active à élaborer une première certification visant les établissements pouvant servir au télétravail. « C’est une certification à plusieurs niveaux. Par exemple, les espaces de coworking pourraient avoir une certification plus élevée selon leur contrôle de sécurité informatique, la rapidité de leur internet. La certification s’assurerait également du niveau d’éclairage, de la qualité des chaises, etc. Avec des certifications comme ça, ce serait plus facile pour les employeurs d’établir des politiques quant au télétravail et les employés sauraient où ils peuvent aller travailler, soit ailleurs que seulement à la maison », explique son fondateur José Lemay-Leclerc.