Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Lundi soir dernier à la séance du conseil municipal, les choses allaient bon train. Comme d’habitude, les élus (es) ont tamponné sans mot dire les projets qui ont été décidés en huis clos. Il y a longtemps que la procédure est éprouvée. Tout marche comme sur du velours.

Mais voilà, il aura fallu qu’une élue, Mme Évelyne Beaudin, ose dire qu’elle ne comprend pas un projet afin de gripper la machine. À cet instant, le conseil s’apprêtait à voter sur un investissement de 943 000 $ sur la rue Galt Ouest. Depuis la parution de l’article de M. Custeau, nous savons maintenant qu’il s’agit de reconfigurer cette artère en plus d’y refaire l’aqueduc.

Or, lorsque Mme Beaudin a fait part de son interrogation moins d’une minute avant le vote, personne n’a été en mesure de lui fournir des explications sur le projet en question. Pas même le maire qui semblait complètement dépassé. Il fallait voir la confusion s’installer sur son visage. Certes, la présidente du conseil exécutif, Mme Bergeron, a vainement tenté d’expliquer la chose. Mais elle-même semblait ne pas maîtriser le dossier.

À cette heure, je me pose de sérieuses questions sur la capacité des élus (es) du conseil municipal à représenter leurs citoyens. En particulier ceux du comité exécutif. Lisent-ils les documents qu’on leur donne? Et si oui, les comprennent-ils?

Quant au maire, n’est-il pas dépassé par les impératifs de sa fonction? J’ose le croire. (...) C’est lui qui aurait dû clarifier les choses, rassurer son conseil municipal alors dans le plus épais des brouillards. Un chef fort s’entoure de gens forts, même plus forts que lui pour l’assister. En ce moment, sauf pour Mme Bergeron, le comité exécutif est composé de mauvais pilotes. À cette heure, on a frôlé la cime des arbres et des montagnes.

Enfin, en tant que citoyen, j’aime mieux payer 160 000 $ pour le personnel d’une conseillère qui est alerte dans ses dossiers que 60 000 $ pour un conseiller qui dort au gaz.

Pascal Cyr
Sherbrooke

Un grand merci

Merci au Dr Michel Camiré, orthopédiste à l’hôpital Sainte-Croix de Drummondville. Une perle ce médecin.

Merci également à tout le personnel en orthopédie/chirurgie. Des gens dévoués, attentifs, prompts à agir face à la souffrance des patients malgré la lourdeur de leur tâche.

Votre bonne humeur constante rayonnait sur l’étage. Vous êtes des gens de cœur.

Les repas étaient délicieux et variés... très appréciés.

Marie Gilbert Arbour
Sherbrooke