La victoire de Donald Trump lors des élections présidentielles américaines a une fois de plus démontré certaines failles dans le système démocratique et électoral américain.

USA: une démocratie?

En 2000, lors de l'élection présidentielle américaine, on a déclaré élu George W. Bush. Or, son élection est tout à fait douteuse. Il est probable que Al Gore l'aurait emporté mais les institutions américaines et en particulier celles de l'État de la Floride ont tout fait pour favoriser Bush. Ainsi, Catherine Harris, la secrétaire d'État de la Floride était à ce point vendue à George Bush qu'elle a refusé d'ordonner un recomptage alors qu'elle en avait le pouvoir et que les deux candidats étaient presque nez à nez.
Ensuite, des juges de l'État de la Floride ont permis le recomptage réclamé mais une instance supérieure en a interdit la poursuite. Si on avait recompté les votes, Al Gore aurait probablement été président. À titre d'exemple, on mettait de côté des votes d'électeurs noirs pour qu'ils ne soient pas comptabilisés.
Il faut dire qu'aux États-Unis, le système judiciaire est très loin de valoir celui du Canada, ne serait-ce qu'en terme d'impartialité et d'indépendance. Certaines catégories de juges sont élus, ce qui suppose une caisse électorale. L'autre catégorie, ceux qui sont nommés et non élus, le sont en fonction de leur orientation doctrinale. Or ils ont tous contribué à la victoire de Bush et à la négation du droit de vote des noirs, du moins en Caroline du sud et en Floride. Notre système judiciaire canadien n'aurait jamais toléré un tel outrage à la volonté des électeurs.
Puis en 2016, on a élu Trump. Prions pour que cet homme soit bien entouré car sa sagesse et son équilibre sont inquiétants. Son élection même est douteuse. En réalité il doit sa victoire au chef de police des États-Unis qu'on appelle le directeur du FBI. Ce dernier rouvre l'enquête sur les courriels d'Hillary Clinton dix jours avant l'élection et annonce qu'il ne la poursuivra pas trois jours avant. Ce fut probablement suffisant pour faire perdre plusieurs centaines de milliers de votes à madame Clinton. Je veux bien qu'il y ait les Russes en toile de fond mais qui a demandé au chef de police de s'introduire ainsi dans cette campagne électorale?
Malgré tout, Hillary Clinton a perdu bien qu'elle ait recueilli presque 3 millions de votes de plus que Trump. Ici au Canada, c'est la volonté populaire qui compte et qui se calcule en suffrages. Perdre une élection présidentielle avec
3 millions de votes de plus que le gagnant n'a pas de bon sens. Voilà qui me convainc que la règle du 50 % plus 1 est ridicule et stupide. Nous sommes chanceux d'avoir une loi sur la clarté, de vivre au Canada et d'avoir non pas un des meilleurs, mais LE meilleur système judiciaire au monde malgré certaines faiblesses. Trump annonce à l'avance qu'il nommera des juges pro-vie à la Cour suprême des États-Unis. Si le premier ministre du Canada disait ça, il serait politiquement lynché aussitôt. En réalité, Trump dit aux juges qu'il nommera comment ils doivent juger. Ici au Canada, le premier ministre serait forcé de démissionner. On voit que les Russes sont proches de Trump...
Serge Gagnon
Louiseville