Une nouvelle tuile sur la tête du milieu communautaire

Résultat des compressions budgétaires à l'Université de Sherbrooke, le Programme d'apprentissage expérientiel par l'intervention communautaire (PAEIC) passe sur la voie de garage. Cette décision administrative met en veilleuse l'une des plus belles collaborations entre l'institution qu'est l'Université de Sherbrooke et la communauté sherbrookoise.
La mission du PAEIC vise à développer l'engagement citoyen des étudiants dans leur collectivité et à promouvoir un modèle pédagogique qui mobilise l'Université de Sherbrooke et la communauté pour répondre collectivement à des enjeux de société. À ce jour, le PAEIC aura permis la réalisation d'une série de recherches concernant différentes propositions d'innovations sociales, des projets en matière d'entrepreneuriat social, le Carrefour de l'engagement, des projets d'intervention dans le cadre de cours ou de fin de maîtrise, etc.
Au cours de ses huit années d'existence, le PAEIC a collaboré avec environ 125 professeurs et 3020 étudiants, toutes facultés confondues, ainsi qu'avec 400 organismes à but non lucratif. Dans cette longue liste de partenariats auprès de différentes organisations communautaires, notons la Corporation Ascot en santé, le Centre d'action bénévole de Sherbrooke, Rencontre interculturelle de famille de l'Estrie, le Festival des traditions du monde, le projet DOMINO voué à l'amélioration de la qualité de vie des personnes immigrantes, le Tremplin 16-30, La Chaudronnée de l'Estrie, etc.
La suspension de ce programme constitue ni plus ni moins un abandon de l'apport mutuel entre le milieu communautaire et le milieu universitaire. Dans une autre mesure, mais de manière tout aussi préoccupante, une telle décision porte à croire que l'Université de Sherbrooke laisse en plan une importante partie de sa mission quant à la formation de citoyens actifs dans leur milieu.
La Corporation de développement communautaire (CDC) de Sherbrooke porte la voix de ses quelque 90 membres organismes sur le territoire de la ville de Sherbrooke pour déplorer cette situation. De concert avec la Corporation de développement économique et communautaire (CDEC) de Sherbrooke, nous demandons à l'Université de revoir sa décision et d'user de créativité pour trouver les sommes nécessaires afin de reconduire le PAEIC, permettant de consolider les liens entre le milieu communautaire et la colline universitaire.
Déjà fragilisé par un sous-financement chronique, malgré une hausse majeure des demandes d'aide de toute sorte en provenance de la population, le milieu communautaire sherbrookois n'a certainement pas besoin qu'une autre tuile lui tombe sur la tête.
Christian Bibeau, directeur
CDC de Sherbrooke
Karole Forand, directrice
CDEC de Sherbrooke