Une dette envers East Angus

Le gouvernement du Québec a une dette envers East Angus. Il a favorisé l'installation de l'usine Domtar à Windsor en 1983 au détriment d'une modernisation complète de l'usine de papiers kraft à East Angus.
En 1977, lorsque le Parti québécois était au pouvoir, un plan de relance avait été soumis par les travailleurs d'East Angus. Pourtant, le 17 mai 1977, Bernard Landry déclarait : « À cause des retombées économiques qu'une telle initiative entraînerait, le gouvernement du Québec songe à la construction d'une nouvelle usine à East Angus, plutôt qu'à la modernisation des équipements désuets qui sont à l'origine de l'annonce de la fermeture. »
Pourtant, Cascades se devait de maintenir l'usine en fonction afin de respecter les contrats entourant les concessions forestières de Quévillon, en Abitibi, lesquelles avaient été accordées à Domtar à la condition de maintenir en fonction l'usine d'East Angus. De plus, la population d'East Angus a énormément souffert de la grève du papier qui l'a affectée en 1968; des poursuites judiciaires injustes avaient été entamées par Domtar alors que les familles des travailleurs étaient privées de revenus essentiels à leur survie; alors que le véritable enjeu caché de cette grève était l'obtention des concessions forestières de Quévillon (Abitibi) pour une période de plus de 50 ans, alors que les fonds de grève qui devaient servir à nourrir les familles avaient été détournés à d'autres fins selon un dirigeant syndical de l'époque.
Maintenant que la compagnie Cascades a rempli son mandat d'assurer la survie de l'usine de papier kraft d'East Angus avec l'aide du gouvernement québécois, on demande à la population de cette localité d'assumer l'avenir de cette usine, ce qui signifie sa fermeture à court ou moyen terme. Bien que, selon les syndiqués de l'époque, les premiers plans de la construction d'une nouvelle usine dans les années 1980 provenaient des efforts des travailleurs d'East Angus et qu'elle devait s'installer dans cette localité, on demande aujourd'hui à la population d'East Angus d'assumer la modernisation de l'usine Cascades.
Je pense que la population a été victime au cours des années des intérêts économiques des grandes compagnies de pâtes et papiers, et ce, avec l'assentiment du gouvernement du Québec. En ce sens, Domtar, Cascades et le PQ ont une dette envers sa population : celle d'assurer la survie économique de la ville d'East Angus et de faire enquête sur les événements entourant son usine de papier depuis 1970.
Pierre Brousseau
Sherbrooke