Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Carrefour des lecteurs
Le Quotidien
Carrefour des lecteurs

Une dette, c’est une dette

Article réservé aux abonnés
OPINION / À partir des heures travaillées au salaire minimum, j’ai calculé le salaire annuel d’Alfred, un réfugié haïtien entré au Canada à l’automne 2019. J’arrive à une rondelette somme d’un peu plus de 60 000$ par année. Honnêtement gagné, rien au noir.

Par Marcel Lapointe, Jonquière

Alfred est un de ces « anges gardiens » tombés du ciel un peu avant la pandémie; comme si le Bon Dieu dans sa miséricorde infinie avait cru bon prendre les devants en appliquant le principe de précaution. À titre d’immigrant, il travaille, donc paie des taxes et impôts qui, un coup dans le Trésor public, seront redistribués socialement pour des services à la population.

Il y a trop de Québécois xénophobes qui pensent et laissent penser qu’Alfred est un voleur de job venu d’ailleurs; cependant, ce dernier dépense tout son argent au Québec. Cela contribue à faire tourner notre économie poussive par les temps qui courent. Il a même chopé la COVID, prouvant qu’il n’est pas envoyé par Dieu; un simple mortel comme vous et moi.

Il est vrai que le gars, dont les proches sont demeurés en Haïti, sauf une fille, envoie un peu de sous à ces derniers. Un genre de Sainte-Enfance (pour les plus vieux) pour que leur misère soit moins pénible au soleil; un peu plus vivable dans un des pays les plus pauvres de la planète.

Alfred, un informaticien de formation intimidé et battu dans son pays d’origine, ce qui l’a forcé à fuir, accomplit à Montréal, un travail boudé, voire méprisé par des natifs. Cela, dans une province où le taux de natalité ne permet pas, au moins l’équilibre entre « l’input et l’output ». Bienvenue les Autres dans de pareils cas; d’autant plus s’ils parlent déjà français.

Mais le gouvernement traîne les pieds à lui reconnaître la résidence permanente.

Que reproche-t-on au juste à ce « baudet » pour qu’on le traite comme un citoyen de seconde zone ? Son vaudouisme ? Sa race ? Sa couleur de peau ? Et quoi d’autre ? Le poète ne l’a-t-il pas clamé : « Tous les humains sont de ma race. »

P.S.: Alfred bosse 7 jours sur 7 et 90 heures par semaine pour ramasser son fric. Et on ne lui devrait rien ?