Une décision insultante

Le 3 mars 2006, j'avais dénoncé dans La Tribune le fait que le CHUS donnait le nom d'une personne vivante à son centre de recherche clinique alors que les bonnes pratiques énoncées par la Commission de toponymie du Québec mentionnent qu'il faut qu'une personne soit décédée depuis au moins un an.
La directrice de la Commission, Danielle Turcotte, déplorait d'ailleurs le fait que le CHUS, une institution gouvernementale, n'ait pas pris la peine de la consulter avant de procéder.
Maintenant que le professeur émérite Étienne Le Bel, créateur de ce centre de recherche, est à peine décédé depuis un peu plus d'un an, on enlève son nom du revers de la main malgré toute la considération qu'on avait démontrée à son égard à l'époque et jusqu'à son décès, survenu le 12 octobre 2012. On affirme qu'une aile du centre portera tout de même son nom!
Mais c'est tout de même une rétrogradation qui frise l'insulte au profit de quoi, un nom banal : centre de recherche du CHUS qu'on commence d'ailleurs à tout simplement appeler CR-CHUS! La mémoire, la reconnaissance et l'imagination font vraiment défaut... J'espère que le CHUS n'avait pas consulté la Commission de toponymie du Québec cette fois.
Jean-Marie Dubois
Professeur émérite Université de Sherbrooke