Michaëlle Jean

Une classe politique « pas d'classe »

Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la FrancophonieChristine Saint-Pierre, ministre des Relations internationales et de la Francophonie
Vous vous demandez pourquoi il y a tant de cynisme envers la classe politique. Vous n'avez qu'à regarder avec quelles insouciance et légèreté, avec quelle indue clémence, vous réagissez aux (...) extravagances de la Secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaëlle Jean (...). C'est une chose de constater trop souvent après coup l'abus des deniers publics par des « parapolitiques », comme l'a fait entre autres l'ancienne lieutenante-gouverneure du Québec, Lise Thibault, et comme persiste à le faire aujourd'hui Mme Jean. C'en est une tout autre de faire face ensuite au refus obstiné de gouvernants politiques de condamner ou de réprouver ces abus aussi inacceptables qu'injustifiables. Quel est donc le problème de la classe politique? Manque de jugement? Mauvaise foi? (...) Bref, un Morning Man aurait-il eu raison, en janvier dernier, de qualifier la classe politique de « classe pas d'classe »?
Denis Beaulé, Sherbrooke
La petite reine
Il est difficile de comprendre les gestes de notre petite reine et Secrétaire générale de l'OIF, Michaëlle Jean, qui a fait faire des travaux de 500 000 $ à sa résidence officielle, à Paris, aux frais des contribuables des pays membres de cette organisation pas plus riches qu'il ne le faut. (...). Selon Jean-Pierre Blackburn, ex-ambassadeur du Canada à l'UNESCO, qui a habité cet endroit, celui-ci était en bon état nonobstant certains problèmes reliés à l'eau chaude et à la climatisation. (...) Décidément, Mme Jean est loin des préoccupations de la population qui voit ainsi une personne privilégiée abuser des fonds publics. (...)
Réjean Beaudoin, Sherbrooke
Trop cher
Depuis que Michaëlle Jean a été Gouverneure générale du Canada, elle possède bien la technique pour s'abreuver aux mamelles de l'État. La ministre de la Francophonie devrait lui imposer un retour au pays et (...) lui trouver un site de camping afin que la Secrétaire générale de l'OIF apprenne les vertus du retour à la terre.
Lucie Provencal, Sherbrooke