La région des Cantons-de-l’Est est en effet la deuxième en importance après celle des Laurentides pour l’offre de ski alpin au Québec et 80 % de sa clientèle provient de l’extérieur, notamment de l’Ontario et des États-Unis.

Un secteur économique vital

ÉDITORIAL / L’année 2018 a été sans contredit celle des stations de ski dans la région avec des investissements annoncés de plus de 260 millions $ pour moderniser leurs infrastructures, notamment l’amélioration des systèmes de fabrication de neige et des remontées mécaniques, ce qui démontre l’importance de ce secteur dans l’économie régionale.

La région des Cantons-de-l’Est est en effet la deuxième en importance après celle des Laurentides pour l’offre de ski alpin au Québec et 80 % de sa clientèle provient de l’extérieur, notamment de l’Ontario et des États-Unis. 

Les quatre principales stations de ski, Bromont, Sutton, Owl’s Head et Orford, génèrent chaque année près de 145 millions $ en retombées économiques, selon Tourisme Cantons-de-l’Est.

Une saison de ski représente donc des milliers d’emplois directs et indirects dans les commerces, les restaurants et les lieux d’hébergement, sans compter des retombées fiscales pour les municipalités et les gouvernements.

Selon une étude du professeur Michel Archambault, de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM, citée par Tourisme Cantons de l’Est, « chaque dollar dépensé en billet de ski a un effet multiplicateur pour l’économie régionale de 5 pour un visiteur ontarien et de 7 pour un visiteur américain ».

Les dernières années n’ont pas été faciles pour les stations de ski en raison notamment des soubresauts de la météo avec l’arrivée souvent tardive de l’hiver, à l’exception de cette année, jumelée aux épisodes fréquents de redoux et de pluie durant les mois de janvier, février et mars.

Les stations de ski de la région, y compris celle du mont Bellevue à Sherbrooke, ont donc dû investir des sommes colossales afin de mettre à niveau leurs installations et de s’adapter aux changements climatiques avec des systèmes de fabrication de neige et d’approvisionnement en eau plus performants.

Et il semble que le gouvernement du Québec l’a bien compris puisqu’il a accordé des aides financières importantes aux stations de ski au cours des dernières années.

 « Nous avons mis l’emphase sur la capacité de production des canons à neige et les capacités de pompage pour l’eau afin de produire de la neige de qualité selon les températures (…); avec les mêmes de plages de froid, les stations peuvent faire davantage de neige sur davantage de pistes et plus rapidement », illustre Jean-Michel Ryan, président de l’Association des stations de ski du Québec, PDG de Mont Sutton et président de Tourisme Cantons-de-l’Est.

En août dernier, Tourisme Cantons-de-l’Est et l’Association des stations de ski du Québec annonçaient des investissements de 263 millions $, avec l’aide de Québec, dans le cadre de la stratégie gouvernementale de développement du tourisme hivernal.

Grosso modo :

La station de ski Bromont prévoit investir 25 millions $ d’ici 2023 entre autres pour améliorer ses remontées mécaniques, l’éclairage des pistes, la fabrication de neige et un chalet au sommet de la montagne.

Sutton a aussi investi ces dernières années pour améliorer son approvisionnement en eau et son système de fabrication de neige.

Les nouveaux propriétaires de la station Owl’s Head ont injecté plus de 20 millions $ pour rénover le chalet de ski et améliorer le système d’enneigement, ainsi que les remontes mécaniques.

Et la Corporation ski & golf Mont-Orford a injecté 11 millions $ pour agrandir son chalet, se doter de nouveaux canons à neige et mettre à niveau des remontées mécaniques.

C’est beaucoup d’argent mais, compte tenu de l’attrait qu’exerce la région chez les amateurs de ski et des retombées que cela engendre, il s’agit d’investissements locaux qui profitent à tous.