Philippe Couillard a promis aux villes de leur remettre une portion de 1 % de la taxe de vente s'il était réélu. L'annonce a eu lieu à Gatineau lors du congrès de l'UMQ.

Un rêve de 40 ans enfin réalisé?

La promesse du gouvernement Couillard de remettre aux villes une portion de 1 % de la taxe de vente est un juste retour du balancier, car c’est en 1979 que le gouvernement avait décidé de retirer aux villes les 2 % de cette même taxe qui les aidaient à équilibrer leurs budgets.

Il y avait longtemps que le gouvernement provincial reluquait la taxe de vente provinciale. Déjà sous Duplessis, cette taxe était convoitée par le provincial, mais faute de savoir comment la remplacer pour soutenir les finances des villes, la perception de la taxe de vente par ces dernières avait été maintenue.

C’est donc le gouvernement Lévesque qui, en 1979, a mis la hache dans les revenus des villes en s’accaparant la totalité des revenus de la taxe de vente et en compensant les villes avec un remaniement abracadabrant des revenus des taxes scolaires; le gouvernement prenait en mains le financement des écoles via le ministère de l’Éducation et les villes pouvaient imposer leurs citoyens l’équivalent des taxes scolaires pour balancer leurs budgets. Quant aux commissions scolaires locales, elles gardaient un pouvoir de taxation réduit à 15 % de l’évaluation.

En 1979, Rock Forest percevait 1 000 000 $ de taxe de vente annuellement pour financer tous ses services. Pour maintenir nos services, il fallait donc augmenter les taxes municipales à la hauteur de l’ancienne taxe scolaire et les citoyens étaient très confus. C’est l’administration municipale qui encaissait tous les blâmes de cette réforme en plus d’encourir de sérieux déficits, car nos budgets s’en sont trouvés tous déficitaires au grand dam des maires en poste.

J’applaudis donc cette promesse tout en soulignant que nos gouvernements doivent s’assurer que les multinationales de tous pays paient les taxes de vente sur les produits qu’elles nous vendent au détriment de notre économie locale.

Laurent Boudreau
Ex-maire de Rock Forest