Un regard différent sur la Famille Marie-Jeunesse

POINT DE VUE / J’ai pris connaissance avec chagrin du recours collectif déposé contre la Famille Marie-Jeunesse. Depuis 30 ans je suis bénévole pour la communauté dans divers dossiers et je dois avouer que mon regard sur la communauté est complètement différent, autrement comment aurais-je pu leur donner autant de temps précieux en dévouement?

Je l’ai fait à cause de la beauté des fruits que je voyais s’y multiplier. Contrairement à ce que j’ai lu dans les lignes du dépôt de la requête en recours collectif, j’ai vu tellement de jeunes s’épanouir auprès de la communauté au fils des années, que ça me motivait. Des jeunes y demeuraient pour des séjours de différentes longueurs. Jamais je n’ai senti que personne n’était contraint de force à faire quoi que ce ne soit ni à demeurer au sein de la communauté contre son gré. En preuve, bien des jeunes n’y ont été que de passage pour des séjours de temps variés. On faisait état plus tôt cette semaine de l’affection particulière que portait Mgr Gaumond à la communauté à cause particulièrement de la joie qui se dégageait des membres de la communauté. C’est aussi ce qui m’y attire comme tant d’autres personnes. N’est-ce pas un des secrets du bonheur? Il est bon de mentionner que les jeunes à Marie-Jeunesse sont et étaient logés et nourris gratuitement. Marie-Jeunesse n’a pas été et n’est toujours pas une entreprise commerciale, comment alors pourrait-elle quand un jeune quitte librement pour des raisons qui lui appartiennent, lui devoir de l’argent après l’avoir hébergé tout ce temps?

 Je sens que pour la plupart des personnes qui sont passées par Marie-Jeunesse, ils en ont retiré un grand bienfait. Dans le dépôt de la requête, il n’y a qu’un demandeur pour l’instant alors qu’il y a des centaines de personnes qui sont passées par Marie-Jeunesse au fil des années. Plusieurs de ces jeunes aujourd’hui rayonnent de façon remarquable.

 Évitons de porter un jugement hâtif. Maintenant que le pavé est jeté dans la marre, laissons le temps à la justice de départager le tout. Je suivrai le dossier avec intérêt.

Jean-Louis Roy
Racine