Un mélange des genres qui devient de plus en plus gênant

Quand j’étais conseillère municipale, il m’est arrivé de tiquer en écoutant les commentaires de M. Guillaume Rousseau concernant la politique municipale sur les ondes de Radio-Canada ou du 107,7 fm. Comme il est souvent mentionné qu’il est professeur, ce qui implique qu’il détient un doctorat, on s’attend à des interventions objectives, loin de la chronique d’opinion partisane. Ce qui me faisait tiquer, c’est que M. Rousseau était très proche du Renouveau Sherbrookois, en ayant écrit les statuts, présidé le comité de programme (2010) et contribué à la caisse du parti (2014-2016).

À défaut de demander à M. Rousseau de s’abstenir de commenter la politique municipale, les stations qui utilisent ses services devraient rendre cette information disponible aux auditeurs. « Passons maintenant à la chronique du professeur Rousseau, diplômé en droit et membre (ou donateur) du Renouveau Sherbrookois ». Voilà qui aurait le mérite d’être clair et qui permettrait de mieux juger de la pertinence de certains commentaires.

Mardi, mon malaise a monté d’un cran quand j’ai entendu l’intervention de M. Rousseau au 107,7 fm, qui portait le titre « Pompier ou pyromane Luc Fortin ? ». Quoi, M. Rousseau se sert de sa chronique pour critiquer les décisions du ministre Fortin alors que c’est un secret de polichinelle qu’il a l’intention de se présenter contre lui pour le parti québécois (PQ) aux prochaines élections provinciales, dans moins d’un an ?

Dans son intervention du 21 novembre sur le 107,7, M. Rousseau critiquait même les politiques économiques du gouvernement libéral provincial. Il est formé en droit. Donc, on se rapproche encore une fois de la chronique d’opinions.

Pour ceux qui douteraient du plan de campagne de M. Rousseau, je vous invite à aller écouter l’allocution de ce dernier lors de son élection à titre de Conseiller au comité exécutif national du parti québécois le 27 février 2016. Il y aborde alors l’importance de la précampagne électorale 2018, autant au niveau national que dans les comtés. M. Rousseau est donc en action pour le PQ en vue de l’élection de 2018, tel que promis lors de son élection à titre de conseiller. Il aurait même déjà approché des gens pour son propre comité électoral, signe que son intention de se présenter comme candidat dans le comté de Sherbrooke est pas mal arrêtée.

Les auditeurs de Radio-Canada et du 107,7 fm devraient être informés que M. Rousseau est un militant actif du parti québécois (PQ), investi dans les hautes sphères ce celui-ci puisqu’il est vice-président de l’exécutif du PQ de Sherbrooke et qu’il a siégé au comité exécutif national à titre de conseiller jusqu’à tout récemment. Une fois cette mise au point faite, qu’il parle de ce qu’il veut. Au moins on saura à quoi on a affaire.

Oui, M. Rousseau a des connaissances en droit municipal qui peuvent être très pertinentes et intéressantes. Mais il a aussi des visées politiques. Ou bien on en informe les auditeurs avant ses interventions, ou bien on lui demande de s’abstenir de commenter des sujets où il est en conflit d’intérêts. Entretemps, il y a là un mélange des genres qui devient de plus en plus gênant au fil des campagnes électorales.

Hélène Dauphinais, Sherbrooke