« C’est clair que les Sherbrookois ont mis au rancart les partis municipaux », explique la professeure de l’Université de Sherbrooke, Isabelle Lacroix.

Un désir évident de mettre les partis municipaux au rancart

ANALYSE / La soirée a été pleine de surprises pour la politicologue Isabelle Lacroix. « La première surprise a été la victoire de Steve Lussier à la mairie. Dans les deux dernières semaines, j’étais bien certaine que ce serait Bernard Sévigny qui serait réélu. C’est clair que les Sherbrookois ont mis au rancart les partis municipaux », explique la professeure de l’Université de Sherbrooke.

La façon claire et nette dont les Sherbrookois ont pratiquement rayé du portrait les deux partis politiques municipaux est vraiment marquante, estime Isabelle Lacroix. « Pour la première fois, nous avions deux partis avec des programmes bien établis. Malgré cela, ce soir, c’est une victoire sans équivoque des candidats indépendants », soutient-elle. Rappelons que seuls deux candidats de l’Équipe Bernard Sévigny - Renouveau sherbrookois ont été réélus (Danielle Berthold et Vincent Boutin) et seule une candidate de Sherbrooke Citoyen (Évelyne Beaudin) a réussi à se faire élire sous la bannière de son parti.

« Ce n’est pas une surprise, parce que les partis politiques ont très mauvaise presse, particulièrement au niveau municipal. C’en est effarant », ajoute Mme Lacroix.

Certains vétérans ont perdu leur poste de façon marquante, notamment Robert Pouliot qui a été évincé du district d’Ascot avec seulement 19,4 % des voix. Il était élu depuis 38 ans. « Je crois que M. Pouliot a subi la vague du désir des Sherbrookois d’évincer le Renouveau sherbrookois du portrait municipal », dit-elle.

L’élue qui a reçu la plus grande dose d’amour est sans contredit Nicole Bergeron, réélue sans équivoque avec 84,6 % des voix à Brompton. « Malgré la réforme de la gouvernance, c’est un grand vote de confiance et d’amour des citoyens envers Mme Bergeron », souligne Isabelle Lacroix.

La présence de plusieurs jeunes au conseil municipal, et notamment plusieurs jeunes femmes, suscite un bel intérêt pour la politicologue. « J’ai très hâte de voir quel sera l’apport des nouveaux candidats au conseil municipal. On entendait beaucoup la citoyenne Évelyne Beaudin (NDLR: élue pour la première fois dans le district du Carrefour) lors des conseils municipaux, mais elle se retrouve maintenant avec un siège au conseil. Ce sera intéressant de voir la place qu’elle réussira à prendre », soutient Isabelle Lacroix.

Et qu’adviendra-t-il des deux partis politiques sherbrookois? Isabelle Lacroix serait bien surprise qu’on les retrouve lors des prochaines élections municipales. « Je ne vois pas comment le Renouveau sherbrookois peut se remettre de cette défaite, surtout avec la perte de leur chef. Du côté de Sherbrooke citoyen, le parti réussira peut-être à survivre jusqu’aux prochaines élections, mais on sait que dans le domaine municipal, c’est difficile de rallier les gens entre deux élections », soutient la politicologue.