Un Brian Mulroney magnanime?

Brian Mulroney, plutôt imbu de lui-même et toujours à la constante recherche de redorer son blason.

Il a bien roulé les spectateurs dans la farine lors de son tout récent passage à l’émission Tout le monde en parle. Son onctueuse magnanimité est toutefois disparue lorsqu’il a parlé de Lucien Bouchard et surtout de la jeune Amanda Simard, ancienne député conservatrice, défenderesse de la minorité franco-ontarienne, qu’il a qualifiée de «petite fille» avec un certain mépris et avec paternalisme. Mais que de beaux mots pour sa fille Caroline qui est restée ministre du gouvernement Ford!

Le jupon de la «grandeur» de Brian Mulroney dépasse ici. La carte du petit gars de Baie-Comeau est également usée à la corde. Il a depuis longtemps quitté cette petite ville de la Côte-Nord pour fréquenter des gens riches et célèbres au pays de Trump. Oui! Brian Mulroney, comme tout politicien, a certainement fait de bonnes (et moins bonnes choses) pour son pays et au plan international. 

Peut-être serait-il temps pour lui de tirer sa révérence? Comme le chantait Charles Aznavour : «Il faut savoir quand quitter la table»…

Michel Lebel, Entrelacs 

***

LE PHÉNOMÈNE BIANCA ANDREESCU

Bianca Andresscu, un nom dont on n’a pas fini d’entendre parler dans le monde du tennis. 

À 18 ans, classée 60e au monde, elle vient de remporter le prestigieux tournoi d’Indian Wells en Californie aux dépens de l’Allemande Angelique Kerber, 8e au monde.

Avec cette victoire, l’Ontarienne est devenue la première Canadienne, autant chez les femmes que chez les hommes, à gagner un tournoi en simple de l’envergure d’un événement de la Women’s Tennis Association (WTA).

«J’espère que ce moment pourra servir d’inspiration pour plusieurs jeunes athlètes. Comme je l’ai toujours dit, si tu crois en toi, tout est possible. Ou comme me l’a souvent dit ma mère, si tu travailles fort, tu peux accomplir tant de choses. Ce moment est devenu réalité, donc c’est vraiment un moment fou», a déclaré la nouvelle championne après le match.

Grâce à une performance aussi exceptionnelle, nul doute que ses vœux eu égard à l’importance de ne jamais abandonner rejoindront plusieurs jeunes athlètes qui aspirent à gravir les échelons sur les traces de Bianca Andreescu.

Henri Marineau, Québec

***

CARTE SANS MODE D'EMPLOI

En réaction à l’article «La CAQ songe à interdire les cartes de crédit aux adolescents» de la journaliste Patricia Cloutier paru le 18 mars

Indéniablement, il est très facile d’obtenir des cartes de crédit de nos jours auprès des institutions bancaires. L’adolescent, pour sa part, y saisira une occasion pour devenir enfin adulte et important. L’argent est facilement accessible, on ne le voit pas et le détenteur paiera plus tard : la vie est belle!

Hélas! Le mode d’emploi n’accompagne pas la carte de crédit. C’est préoccupant! Trop souvent cette carte est perçue comme une invitation à dépenser sans limites et sans penser aux redoutables conséquences qui guettent celui qui ne rembourse pas dans les délais demandés.

De ce fait, l’éducation à la retenue, au respect de son budget et à la compréhension des termes de son crédit éviteront bien des soucis et des intérêts astronomiques à payer. Ainsi donc, l’éducation des conséquences de cette carte est pressante et obligatoire.

Michel Beaumont, Québec

***

DESSERVIS PAR LA CAQ

Les gens de la région de Québec doivent commencer à se poser une question : étaient-ils mieux servis par le PLQ et le PQ que par la CAQ? Des indices commencent à nous faire croire que oui. Le tramway, qui a vu le jour grâce au gouvernement Couillard, a toujours été appuyé du bout des lèvres par la CAQ, qui semblait lui préférer un projet de troisième lien. Aujourd’hui, le tramway est enlisé dans des chicanes d’enveloppes budgétaires. Depuis 25 ans, le pont de Québec rouille. Le ministère des Transports est le principal utilisateur de cette infrastructure, et de loin. Je n’ai jamais compris qu’il se décharge de la responsabilité de peinturer ce pont sur le dos du CN et du fédéral. Quels sont les autres projets de la CAQ pour la région? Un troisième lien qui n’est pas prêt de voir le jour si on n’est même pas capables de faire aboutir les deux premiers. Des projets qui s’éternisent à n’en plus finir, on a déjà vu ça.

Serge Parent, Québec