Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau
Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Trudeau et Legault n’ont pas passé Go

Sylvio Le Blanc
Sylvio Le Blanc
Montréal
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / Avec son projet de loi fédéral sur les langues officielles, la ministre Mélanie Joly entend protéger la langue française au Québec, tout autant que le projet de loi 96 du gouvernement Legault le fera. Si cela est vrai, c’est la preuve que ce dernier n’a pas fait son travail correctement en matière de langue, qu’il n’est pas allé assez loin.

Avec son projet de loi, qui mourra une fois les élections anticipées appelées, le gouvernement Trudeau veut damer le pion au Bloc québécois, son principal adversaire au Québec. 

Le chef bloquiste a bien raison: si les libéraux retrouvent leur majorité de 2015, ils vont s’arranger pour édulcorer leur projet de loi, parce qu’il ne doit surtout pas choquer le ROC.

Tous les partis fédéralistes à Ottawa agissent d’abord dans les intérêts du Canada, mais pas le Bloc. 

Rappelons que celui-ci vient de réussir à faire reconnaître aux Communes que le Québec peut modifier sa section de la Constitution sans demander la permission à personne, mais que huit libéraux du Québec se sont abstenus: Anthony Housefather, Angelo Iacono, Annie Koutrakis, Emmanuella Lambropoulos, Patricia Lattanzio, Francis Scarpaleggia, Peter Schiefke et Sameer Zuberi. Voilà le vrai visage du Parti libéral du Canada au Québec. D’autres libéraux du Québec auraient sûrement suivi, mais il y avait probablement trop de francophones dans leur circonscription.