Sélection scolaire arbitraire au Triolet

Ainsi donc, l’école secondaire Le Triolet refoulerait un élève classé en « sport-études » parce qu’il aurait failli à son cours d’arts.

Qu’a donc à voir cette exigence si prédominante et tranchante dans une orientation scolaire « sport-études »? On ne peut qu’être étonné devant semblable décision administrative qui ne semble afficher ni sensibilité ni compétence pédagogique dans l’évaluation d’un élève. 

Ex-enseignant que je suis, je ne peux que m’étonner et m’indigner d’un semblable jugement de la part d’une direction locale (Le Triolet) ou générale (la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke) qui se fait, soudain, hautaine et prétentieuse, comme pour se donner l’air d’une école privée soi-disant supérieure...

En un tel cas, pouvons-nous espérer avoir des éclaircissements et explications claires du cheminement d’un tel dossier? Le Triolet et la CSRS, à titre de mandataires des citoyens « propriétaires » des écoles que nous sommes, se doivent de nous répondre. Sinon, il faudra en conclure que certaines écoles font de la ségrégation et du profilage académique.

Yvon Côté
Sherbrooke