Sauvons notre patrimoine, sauvons la ferme d’Alexander Galt

Comme par le passé, nous sommes indéfectiblement attachés à la conservation patrimoniale du site de la ferme d’Alexander Galt.

Cet îlot d’histoire ne doit pas faire l’objet d’un « saucissonnage » programmé à des fins bêtement lucratives. 

Nous refusons de voir détruire des arbres centenaires et de subir les conséquences d’un éventuel dynamitage du socle rocheux du Domaine.

Détruit-on le noyau urbain patrimonial unique d’une ville sous le fallacieux prétexte d’éviter l’« étalement urbain »?

Alors que nous sommes déjà dépassés par le nombre de voitures stationnées dans le quartier (rue Elisabeth, rue Moore, rue Montréal), va-t-on nous en imposer d’autres?

Non merci!

Nous réitérons donc notre refus de toutes modifications au règlement de zonage du site.

Jean-Vincent Nootens
Comité Héritage Vieux Nord

Fermeture du Collège du Sacré-Cœur : rien à voir avec les écoles publiques

Le directeur du conseil d’administration du Collège du Sacré-Cœur, institution qui au cours de ses 74 ans a connu le succès, mais fermera ses portes le 1er juillet prochain, a émis une opinion à laquelle je n’adhère vraiment pas. 

Ce dernier a annoncé que cette fermeture était causée par les écoles publiques de Sherbrooke.

Monsieur, que je ne nommerai pas, si tel était le cas, le Séminaire de Sherbrooke ainsi que le Mont Notre-Dame connaîtraient aussi des difficultés financières. Mais ces deux institutions n’ont aucun problème à recevoir et éduquer leurs étudiants.

Pour ce qui est des écoles secondaires publiques, Mitchell-Montcalm, Le Triolet, Du Phare et La Montée, elles offrent des services pédagogiques et la vie communautaire est présente dans chacune de ces écoles publiques.

Le Collège du Sacré-Cœur a simplement manqué de vision.

S.V.P. ne cherchez pas à mettre la faute sur les institutions publiques, car les institutions privées ont longtemps et encore aujourd’hui été très bien traitées par les gouvernements provinciaux.

Jean Chenay
Sherbrooke