Le Parc du Boisé-Fabi.
Le Parc du Boisé-Fabi.

Rue devant déchirer en deux le Parc du Boisé-Fabi

POINT DE VUE / Monsieur le maire (Lussier), en juin dernier, nous avons sollicité une rencontre avec vous pour discuter du dossier mentionné en rubrique.

Vous avez accepté et la rencontre a été fixée à la mi-août. Lors de cette rencontre où vous avez été remplacé par Mme Nicole Bergeron, nous n’avons ressenti aucune ouverture en regard à notre dossier. Nous avons entre autres demandé qu’un véritable négociateur soit nommé pour engager une ultime tentative pour trouver un terrain d’entente avec le promoteur Jacques Vallée.

En effet, à notre avis, il y a encore une telle possibilité puisque, une fois la rue construite, le promoteur doit la céder à la Ville (cela a été corroboré lors de notre rencontre par Mme Gravel, ingénieure et directrice du service des infrastructures urbaines). La Ville pourrait implicitement indiquer qu’elle peut décider d’enlever l’asphalte de cette partie de terrain, une fois la cession faite, amenant ainsi les parties à devoir se rasseoir aujourd’hui pour trouver des pistes de solution. À cet égard, il y a un précédent ici même à Sherbrooke, soit la fermeture d’une partie de la rue qui traversait jadis le parc Victoria.

De plus, des solutions, il en existe au moins une qui pourrait satisfaire l’ensemble des parties, soit la proposition numéro 2 présentée par La Tribune ou la numéro 6 présentée au conseil municipal (c’est la même). Cette dernière évite l’installation d’une chaussée asphaltée dans le parc, permet l’installation des infrastructures d’égouts et aqueducs, permet l’installation d’un passage piétonnier en surface, la création d’une deuxième sortie sur Bertrand-Fabi et, non négligeable, l’évitement de devoir faire une autre cicatrice dans la partie sud du parc, pour l’installation d’un égout domestique (qui ne serait plus nécessaire).

En guise de réponse, les représentants de notre ville nous ont servi que notre association avait accepté le passage de cette rue dans le passé. C’est tout à fait erroné. À l’époque, ce que nous avions accepté c’était le passage souterrain des infrastructures. Pourquoi comme administration se borne-t-on à chercher des boucs émissaires alors que tous sont d’accord pour reconnaître qu’une telle cicatrice est totalement inacceptable en 2020 ? Par ailleurs, l’acceptabilité sociale d’une rue traversant un parc n’est pas là, les citoyennes et citoyens s’y opposent.

Ne devrions-nous pas plutôt être en mode proactif en tentant de sauver ce parc ? Voulez-vous laisser votre empreinte dans le futur pour avoir été l’administration qui a laissé une telle chose se réaliser ? Car ici on parle d’une empreinte à perpétuité…

Quant au passage de l’égout domestique devant passer dans la partie sud du parc, partie ayant une très grande valeur écologique (ceci confirmé par Mme Gravel), en 2014, lors de nos discussions avec les cadres de la ville (Mme Danielle Gilbert entre autres), on nous avait assuré que cette canalisation serait réalisée le plus près possible de la rue Bertrand-Fabi afin d’éviter encore la perte de végétation (arbres matures) importante. Or, Mme Gravel nous dit aujourd’hui que ce ne sera plus ça!!! À quoi attribue-t-on ce changement de paradigmes ?

En définitive, malgré tous les arguments amenés lors de cette rencontre, nous comprenons, par une fin de non-recevoir de Mme Bergeron, que ce sont les autorités municipales qui refusent d’entamer d’ultimes discussions avec le promoteur du projet.

En tant que citoyens de notre ville, nous sommes très déçus par les réponses obtenues. M. le maire, nous vous demandons de faire preuve de leadership dans ce dossier en affirmant haut et fort que votre administration ne veut pas de cette rue. Que votre administration en est une tournée vers le 21e siècle. Nous vous demandons de faire nommer un négociateur ou médiateur chevronné dans ce dossier pour que les parties trouvent une réelle alternative à cette rue.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le maire, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

François Villeneuve, citoyen

Président de l’Association citoyenne pour la protection du Boisé-Fabi

Claude Cinq-Mars, citoyen

Représentant de l’Association pour la protection des espaces verts de Sherbrooke (ACEVS)