Raif Badawi, une juste cause

M. Trudeau, vous qui êtes si près de vos émotions, voici une cause à laquelle vous devriez vous attarder : celle de Raif Badawi qui, depuis plus de cinq ans, est enfermé dans une prison saoudienne pour avoir donné son opinion dans un pays qui ne tolère aucune dissidence (...) M.Badawi n’a commis aucun crime, il a simplement donné son opinion.

Vous savez sûrement que Raif Badawi a tout comme vous trois enfants, qu’il n’a pas vus depuis cinq ans. Son épouse demeure à Sherbrooke, et elle multiplie les rencontres afin que son époux qui a été condamné à 10 ans de prison et mille coups de fouet (à ce jour il a subi 50 coups de fouet) puisse être libéré et retrouver les siens ici à Sherbrooke (...)

Moi, M. Trudeau, je trouve cette histoire triste à pleurer. Mais je ne suis pas un grand homme comme vous. Je ne suis pas celui qui a, pour des gains financiers, vendu des armes à l’Arabie saoudite (...)

Qu’attendez-vous pour agir dans ce dossier M. Trudeau?

Maintenant, je m’adresse à notre premier ministre provincial M. Couillard. Vous qui, entre votre statut de ministre de la Santé et celui de premier ministre du Québec, avez pratiqué la médecine en Arabie saoudite. (...) nul doute que vous connaissez des gens importants dans ce pays. Peut-être pourriez-vous aider les Badawi? Notre député à Sherbrooke, Luc Fortin, aussi ministre de la Famille, serait la personne désignée pour aider la famille Badawi à se retrouver le plus rapidement possible.

Notre nouveau maire Steve Lussier me semble un politicien pas comme les autres. Il me semble, M. Lussier, que vous pourriez mettre de la pression là ou ce serait le plus utile afin d’aider les Badawi à se retrouver.

J’invite la population de Sherbrooke à adopter la cause de cette famille dont quatre des cinq membres se sont intégrés de magnifique façon à la vie chez nous. Les vendredis, des citoyens se réunissent devant l’hôtel de ville à 12 h 30 afin de prendre des nouvelles du prisonnier d’opinion. Je souhaite que la cause des Badawi devienne la cause des Sherbrookois et Sherbrookoises. Tout simplement parce que cette cause est juste et que plus nous serons nombreux, plus nous aurons de chances de faire bouger les choses. L’heure est à l’engagement.

Jean Chenay
Sherbrooke