Quoi ? Pas bons nos artistes ?

Moi aussi, en tant que président du comité des arts et de la culture de la ville de Sherbrooke, je ne suis pas vraiment fier de l'affront fait aux artistes et comédiens de l'Estrie... vous aussi les artistes de notre ville vous avez participé au financement de ce projet de 500 000 $, mais pas à sa réalisation. On veut promouvoir notre ville, mais pas nos artistes.
Depuis quelques années nous avons travaillé avec le milieu de la culture à élaborer une politique culturelle de la Ville de Sherbrooke que nous avons finalement déposée et adoptée en 2017. Dans cette élaboration de politique, un des principaux enjeux était « L'attraction et la rétention des artistes, artisans, auteurs et travailleurs culturels ».
Oui les conditions du métier d'artiste sont souvent précaires et souvent ces personnes arrivent difficilement à vivre de leur art et de leur métier. Souvent, aussi, ce sont ces mêmes personnes qui sont les acteurs principaux du développement culturel de notre ville. On doit faire tout pour les motiver à s'établir à Sherbrooke et à s'y épanouir. On a des artistes professionnels et talentueux ici qui se démènent pour faire rayonner leur création au Québec et à l'international, mais on ne pense pas à eux pour ce projet local... qu'est Muralis.
Lâchez-moi la « nécessaire liberté de création, l'exigence de ressemblance (au théâtre le maquillage ça existe) » et pensez à faire davantage de place à nos artistes locaux dans vos futurs projets.
J'ai peut-être manqué le bateau cette fois-ci, mais soyez tous assurés que je me ferai plus vigilant pour les présentations de futurs projets de Destination Sherbrooke...
Pierre Tardif,
Conseiller municipal
Président du comité arts et culture de la Ville de Sherbrooke