Pour un mode de scrutin plus représentatif

En tant que citoyen du Québec, je réclame un nouveau mode de scrutin plus représentatif de la volonté du peuple.
Un projet de loi 106 à Québec, dont les articles sur les hydrocarbures semblent avoir été dictés par les compagnies pétrolières et qui a été adopté vendredi, malgré l'opposition d'une forte proportion de citoyens et de plusieurs municipalités.
Un autre à Ottawa, le C 29, qui soustrait les banques à l'application de la loi québécoise de la protection du consommateur.
La consignation des bouteilles de vin, une initiative de citoyens de l'Estrie (Opération Verre-Vert), comme cela se fait dans d'autres provinces, bloquée par le lobbying de l'industrie du recyclage. Ajoutez à cela le manque de volonté de nos gouvernements de s'attaquer aux paradis fiscaux alors que l'appauvrissement de la population est évident.
Ces quelques exemples alimentent le cynisme des citoyens face à la classe politique tel qu'exprimé cette semaine par Bernard « Rambo » Gauthier et auparavant par les Américains, qui ont élu Donald Trump.
Ces jours-ci, dans les rues de ma ville comme partout au Québec, plusieurs citoyens font preuve d'un bel élan de solidarité en participant à des guignolées. Ceux qui désirent vivre dans une société plus juste comprennent que cette solidarité doit s'étendre à plus qu'une journée. S'ils veulent un gouvernement plus représentatif du peuple, ils pourraient en premier lieu exiger un mode de scrutin différent.
Un gouvernement représentant une majorité de citoyens serait peut-être moins sensible au lobbyisme.
Richard Arsenault, Richmond