Pour l'intégration des arts et de la culture

À l'occasion des élections provinciales, le Conseil de la culture de l'Estrie joint sa voix à celle du Réseau des conseils régionaux en culture pour solliciter l'engagement des candidats en matière de développement des arts et de la culture sur l'ensemble du territoire québécois.
Considérant le silence autour de cet enjeu si cher aux artistes, aux organismes et aux travailleurs du domaine, nous sommes aujourd'hui convaincus de son bien-fondé qui constitue « une dimension du développement harmonieux et durable des territoires » et « que sa contribution sociale et économique reste déterminante de l'avenir à court et à moyen terme de nos communautés ».
Dans cette perspective, nous demandons un meilleur investissement public des arts et une reconnaissance prépondérante de la culture en région et au Québec.
Autour de l'éducation artistique (dès la petite enfance) et de la participation citoyenne (depuis l'entrée à l'école), ces enjeux nous interpellent. Par le biais d'un soutien accru à la création, à la production et à la diffusion artistiques, ils évoquent d'ailleurs quelques-unes de nos réflexions pour doter la région de l'Estrie d'une vision d'avenir, suivant laquelle les arts et la culture s'imbriqueront aux autres secteurs de l'activité humaine.
Alors que nous naviguons vers des États généraux des arts et de la culture, nous souhaitons que les candidats de tous les partis en Estrie questionnent les mécanismes de financement public des arts et de la culture au Québec.
Nous tiendrons d'ailleurs à cet égard une séance d'information le 24 avril, afin que nos principaux bailleurs de fonds partagent leurs visions et les politiques d'intervention qu'ils entrevoient en arts et culture au cours des prochaines années, tant à l'échelle nationale que régionale.
Si on considère que de nouvelles réalités culturelles ont émergé dans les territoires, dont celui de l'Estrie qui regorge d'initiatives prometteuses, mais, au demeurant, très peu reconnues et trop peu soutenues, nous souhaitons, en outre, que les créateurs, artistes, organismes et travailleurs culturels, reçoivent toute l'attention qu'ils méritent.
Cette reconnaissance doit être à la hauteur du talent qu'ils savent déployer, et du rôle qu'ils peuvent jouer en société, étant donné qu'ils sont, non seulement des payeurs de taxes, mais des catalyseurs d'identité et des porteurs de sens.
Ce faisant, nous estimons qu'une mise à jour des politiques en matière d'investissement public et de reconnaissance dans ce domaine s'avère essentielle.
Elle est d'autant plus pertinente que le développement des arts et de la culture sur l'ensemble des territoires passe par une considération juste et équitable de la pratique artistique, ainsi que des retombées que celle-ci peut engendrer dans nos milieux respectifs.
Ce développement passe aussi par un investissement « indexé » à la réalité et mieux réparti dans toutes les régions du Québec.
Sylvie L. Bergeron
Présidente du Conseil de la culture de l'Estrie
Angèle Séguin
Présidente des États généraux des arts et de la culture en Estrie