Pour des communications plus inclusives à la Ville de Sherbrooke

NDLR : Le Collectif Sherbrooke féministe a déposé lundi soir au conseil municipal une lettre signée par 160 citoyens et 21 organisations. En voici de larges extraits.
Par cette lettre et nos actions, nous souhaitons amorcer une réelle réflexion collective sur l'inclusion des femmes ainsi que des personnes de la diversité sexuelle et de genre dans notre ville. Nous proposons de commencer par le langage utilisé au sein des communications, tant à l'interne, entre les personnes qui y travaillent, qu'à l'externe, dans les brochures, les publications sur les réseaux sociaux, le site internet, les programmes d'activités, etc.
Le langage n'est pas neutre : c'est un véhicule de pouvoir reproduisant les inégalités sociales. Il a un rôle essentiel dans la construction de l'identité et reflète autant la culture que l'histoire d'une société.
(...) Comme certains mots ont le pouvoir d'exclure et d'autres d'inclure, c'est dans une perspective d'égalité, d'inclusion et de justice sociale que nous, co-signataires de la présente déclaration, appuyons la démarche du Collectif Sherbrooke féministe qui revendique l'ajout de mesures structurelles favorisant l'égalité entre les genres à Sherbrooke.
En ce sens, nous demandons l'instauration d'une Politique de communication épicène et inclusive à la Ville de Sherbrooke d'ici la fin de l'année 2017.
Représenter de façon équitable l'ensemble des citoyennes et des citoyens passe aussi par le langage utilisé. Il est impératif de rectifier le tir quant à l'utilisation du masculin générique comme le seul genre utilisé au sein des communications. Le masculin est loin d'être un genre neutre, comme on le prétend, alors qu'il est le genre dominant de nos sociétés patriarcales.
Loin d'être une demande farfelue, les communications épicènes et inclusives permettent d'affirmer de façon concrète une préoccupation pour l'égalité entre toutes et tous par l'utilisation de termes neutres. C'est aussi l'occasion de faire preuve de cohérence avec les principes égalitaires défendus par la classe politique et faire en sorte que le langage utilisé reflète la considération, l'engagement, le respect et la reconnaissance du travail trop souvent invisible des femmes. (...)
(...) À la Ville, nous avons encore droit à un « guide du citoyen » de même qu'à un site internet, à des politiques, à des plans d'action - et bien plus! - strictement rédigés au masculin. (...) Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour qu'il y ait des changements concrets à Sherbrooke?
Alain Roy et 159 autres signataires
Arrimage Sherbrooke et 20 autres organisations signataires