Port de la jupe par des garçons dans des écoles secondaires : une lutte féministe à poursuivre

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
La Tribune
POINT DE VUE / Dans les dernières semaines, nous avons été témoins d’un engouement envers des groupes de jeunes hommes de diverses écoles secondaires de la province décidant de porter la jupe, par solidarité féministe. Ce geste a pour but de dénoncer les inégalités en ce qui a trait aux uniformes scolaires, que ce soit l’obligation d’un habillement en fonction du genre (féminin ou masculin), ou lors de sanctions imposées aux filles pour des jupes jugées trop courtes. 

Le CALACS Agression Estrie tient à souligner et à appuyer la mobilisation des alliéEs, ici les élèves et le personnel scolaire participantEs. Nous pensons que cette initiative est un pas dans la bonne direction en ce qui concerne la dénonciation de la pression, du sexisme et de la culpabilisation que vivent les filles et les femmes en lien avec leur habillement. 

Maintes adolescentes se font dire, par des figures d’autorité scolaire, qu’une jupe « trop courte » peut nuire à la concentration des garçons, que c’est trop sexy. Un tel discours participe à représenter le corps de la femme comme un objet sexuel. Il est aisé de croire qu’un garçon qui exhibe ses cuisses ou ses biceps à son école secondaire ne reçoit pas ce genre de commentaires. Il est d’autant plus outrant de savoir que des jeunes filles continuent de recevoir des avis et des sanctions pour leurs jupes dites trop courtes alors que les garçons qui revêtent actuellement le même habillement s’en tirent sans reproche. Encore une fois, nous pouvons constater le rapport de privilèges et d’inégalité entre les sexes/genres.  

Ce type de positionnement engendre le pas à la culture des violences sexuelles en propageant l’idée que les hommes ne sont pas responsables de leurs comportements envers le corps de la femme, mais que la responsabilité revient plutôt à celle-ci. Quels impacts ces messages ont-ils sur l’estime et la santé psychologique des adolescentes en plein développement identitaire? Le maintien de ces valeurs et traditions sexistes ne fait qu’entretenir des structures sociales opprimantes envers les femmes.  

Soyons réalistes : cette présente lutte pour l’égalité des sexes/des genres dans la saga des jupes obtient une telle visibilité, car elle est menée par de jeunes hommes privilégiés. Si le message était venu des adolescentes elles-mêmes, fort est à parier qu’elles auraient été considérées provocatrices et déraisonnables.

Le CALACS Agression Estrie