Plus pauvres à Sherbrooke?

Selon Statistique Canada, le revenu médian des ménages en 2015 serait de 51 706 $ pour Sherbrooke, de 59 822 $ pour les provinces et de 70 736 $ pour le Canada. Selon ces chiffres, les Sherbrookois auraient donc un revenu inférieur de plus de 25 % par rapport à l'ensemble des Canadiens.Le revenu médian des ménages est le revenu moyen situé au milieu de l'échelle des revenus et ces ménages constituent l'ensemble des familles et des personnes seules ayant un logement.
Nous considérons que les chiffres ci-haut sont plutôt le reflet d'une disparité de personnes seules à Sherbrooke plutôt que d'une insuffisance des revenus.
Explicitons cette hypothèse possible par trois caractéristiques de Sherbrooke :
- Un nombre élevé d'étudiants universitaires louant une chambre;
- Un nombre élevé d'aînés habitant dans des résidences pour aînés;
- Un nombre élevé de couples désunis, ce qui engendre un dédoublement des logements.
Rien n'indique que les revenus personnels des groupes identifiés sont plus faibles à Sherbrooke qu'ailleurs, mais comme leur poids relatif est plus élevé, en conséquence c'est eux qui tirent le revenu médian de Sherbrooke vers le bas.
Cette hypothèse, si elle n'était pas contredite par des chiffres pertinents, pourrait éclairer un paradoxe à savoir que Sherbrooke semble générer moins de revenus par ménage que la région de l'Estrie dans son ensemble.
Roma Dauphin, Sherbrooke
Contre le stationnement de nuit en hiver
Quelle idée merveilleuse que le stationnement de nuit dans les rues durant l'hiver! Qui a pondu ce projet-pilote fabuleux? Je vote contre à 100 %! J'ai mesuré ma rue : 30 pieds de largeur. Deux autos occupent 12 pieds. La neige sur les bords de rue prend 8 pieds. Donc, il reste 10 pieds au centre pour circuler, ce qui laisse une seule auto passer à la fois. Notre rue comprend 116 loyers et environ deux autos par loyer. La circulation est lourde et rapide. Les plus «fonçeux» foncent et «toi, tasse-toi et attends», semblent-ils se dire effrontément.
Pourquoi tant compliquer ce règlement municipal? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? De grâce, appliquons un seul règlement de stationnement de nuit dans les rues tout l'hiver. Ça, c'est moins mêlant et très clair. Arrêtons de nous creuser les méninges pour inventer des applications pour cellulaires. Laissons nos fonctionnaires faire seulement leur job et de la place à nos déneigeurs dévoués.
Gaétan Giguère, Sherbrooke