Peuple de braillards

Oui, nous les Québécois sommes un peuple de braillards ou pleurnichards.
Comme exemple lundi dernier, 28 août, quelques citoyens demeurant près du site St-Élie Motorsport sont encore une fois retournés au conseil municipal de Sherbrooke pour se plaindre du bruit des autos et s'opposer à une demande d'agrandissement du site.
J'étais présent le vendredi précédent (25 août) pour voir les compétitions, il y avait plusieurs autos de rue qui compétitionnaient ainsi que des autos avec des moteurs boostés. Je suis allé dans le stationnement des autos qui participaient aux drags entre le mur de containers et la route 220. Je n'entendais même pas la voix de l'animateur et très peu le bruit des autos qui draguaient.
Il y avait plus de 1000 spectateurs, autant de jeunes que d'adultes. C'est donc une activité qui intéresse les gens et qui fait rouler l'économie. Imaginez aussi que ces gens n'ont pas à se déplacer à Sanair pour voir ce genre de compétitions, alors moins de pollution.
Pour ces gens qui se plaignent du bruit, imaginez un instant que s'il n'y avait pas ce site et qu'un jeune voulant calmer ses hormones et tester son auto contre celle d'un ami utilise l'une de vos rues ou toute autre pour draguer et frappe l'un de vos petits ou arrières-petits-enfants!
Ces braillards-là me rappellent la saga du Mont-Orford où le promoteur voulait bâtir un hôtel au pied du mont pour rentabiliser la montagne. Alors certains citoyens habitant près de la montagne ne voulant pas voir trop d'autos circuler devant leurs habitations ont assez pleurniché que le gouvernement a dû refuser la demande du promoteur. Vive nos taxes.
En terminant, j'ai une suggestion pour ces gens : chaque année je passe quelques jours au Témiscamingue à 115 km dans le bois pour la chasse et la pêche et je n'entends jamais d'auto passer, alors je vous suggère d'aller vous y installer. En plus ça ne coûte pas cher de taxes.
Yvan Vigneux
Sherbrooke
Touristes, vous êtes nos invités
Pourquoi la Ville de Sherbrooke n'adopterait-elle pas l'initiative de la Ville de Rimouski en ce qui a trait aux différents stationnements dans la ville? Ne serait-ce pas un très bon moyen pour inciter nos invités à arpenter nos rues et à encourager nos marchands?
Gilles Trottier
ex-propriétaire d'un commerce sur la rue Wellington Nord
Sherbrooke