Personnes non reconnues

Étant dans le domaine de la petite enfance depuis 1992, je me sens vraiment triste et très émotive par tout ce qui se passe concernant la loi 143.

J’ai travaillé en milieu subventionné jusqu’en octobre 2014, date à laquelle j’ai perdu mon emploi à cause des coupures du ministère.

Avec ma grande expertise en petite enfance, soit comme éducatrice en installation, agente à la pédagogie pour 60 RSG, conseillère pédagogique dans un CPE et formatrice, j’ai décidé d’ouvrir mon service de garde en milieu familial.

Je possède déjà toutes les exigences demandées par la loi 143 : absence d’empêchement, RCR, assurance responsabilité. Je suis en accord d’ailleurs avec toutes ces demandes. Cependant, pour la formation du MAPAQ, je trouve l’obligation du 12 heures exagérée considérant que moi, la PNR, je ne fais ni plus ni moins que les RSG. Mais bon, je peux vivre avec ce fait!

Moi et mon conjoint venons de nous acheter notre première maison afin que mes ti cœurs (c’est ainsi que je nomme les enfants qui fréquentent mon service de garde) aient plus de place à bouger, à s’épanouir, à découvrir, à expérimenter, à se développer, etc.

Je trouve vraiment triste que nous, les nouvelles PNR, ne devenions que des personnes à qui l’on accorde « LE PRIVILÈGE »!!!

WOW!! Que je suis chanceuse, car à partir de septembre 2019, j’aurai le privilège de ne plus avoir le droit de me faire soigner. J’aurai le privilège de ne plus avoir une belle santé dentaire. J’aurai le privilège d’avoir une baisse de la vue sans possibilité de faire la correction, car j’aurai le privilège de ne plus pouvoir me faire remplacer.

Vous, cher ministre Fortin, vous décidez que vous m’accordez le privilège de pouvoir continuer à aimer et à assurer la santé la sécurité et le bien-être de chaque petit cœur que je reçois???

Même un robot a parfois besoin de petites réparations. Alors moi, femme de cœur de 50 ans, je devrai faire 50 heures par semaine auprès des ti cœurs, sans compter la préparation des menus, des activités (qui leur permettent de se développer de façon optimale et harmonieuse dans toutes les sphères du développement), le ménage, la désinfection... Tout cela en étant jamais malade ou fatiguée???

S.V.P. réfléchissez-y bien et demandez-vous en assemblée : « Nous, ministres, comme êtres humains, est-ce que nous pourrions faire autant d’heures et de tâches et ne jamais être malades ou fatigués??? Est-ce que nous avons des rendez-vous annuels avec notre médecin de famille, notre dentiste, notre ophtalmologiste?? Si vous répondez non à la première question et oui à la deuxième, alors pourquoi cela devrait être différent pour nous, les PNR? Nous sommes des êtres humains, tout comme vous tous!

Soyez logiques, réalistes et surtout humains! Nous sommes en majorité des femmes de cœur qui prennent soin de l’avenir (les enfants) et vous, décideurs, êtes dans l’incapacité de prendre soin de nous, les éducatrices, ou si vous préférez, de nous, les PNR, qui sommes des personnes très significatives pour les enfants que nous accueillons, car nous les aimons, les cajolons, les écoutons, les éduquons, etc., et surtout les respectons tels qu’ils sont!!

Sonia Jeffries
Sherbrooke