La flotte de véhicules de Postes Canada doit impérativement être modifiée par des véhicules aux énergies entièrement renouvelables, selon l'auteure de cette lettre d'opinion.

Pendant que la planète se réchauffe, Postes Canada dort au gaz

POINT DE VUE / À l’heure où la planète a de plus en plus de mal à respirer, on apprenait cette semaine, selon un rapport scientifique sans équivoque d’Environnement Canada, que notre beau pays se réchauffe deux fois plus rapidement que le reste de la planète. Il y a urgence d’agir, le gouvernement fédéral doit passer de la parole aux actes, en commençant par sa plus grande société d’État, Postes Canada.

Postes Canada possède la deuxième plus importante flotte de véhicules publique au pays. Il s’agit de plus de 13 000 véhicules qui parcourent au-delà de 96 millions de kilomètres chaque année. En termes de pollution selon le rapport sur la responsabilité sociale de Postes Canada de 2017, on parle de 843 700 kilotonnes d’émissions de CO2 annuellement.

Le gouvernement et la société d’État doivent prendre leurs responsabilités et agir en conséquence. La flotte de véhicules de Postes Canada doit impérativement être modifiée par des véhicules aux énergies entièrement renouvelables, tel que l’a fait la Deutsche Post en Allemagne. Le service postal allemand a non seulement transformé sa flotte de véhicules par des véhicules électriques, mais c’est la Deutsche Post elle-même qui conçoit et fabrique ses propres véhicules.

Postes Canada peut faire bien plus que de vendre des timbres et faire de la livraison puisqu’elle possède le plus gros réseau de vente au détail au pays avec ses 6300 bureaux de poste. Les infrastructures et le réseau logistique de Postes Canada pourraient être mis à contribution; pensons à l’installation de bornes de recharge électriques dans les bureaux de poste, qui serviraient non seulement aux véhicules de livraison, mais qui pourraient également être mis à la disposition de l’ensemble de la population.

Il suffit d’une volonté politique. J’invite le gouvernement libéral du Canada ainsi que l’ensemble de la classe politique à prendre publiquement position sur le rôle que pourrait et devrait jouer la Société canadienne des postes en matière de transition juste et de développement social.