Peaufiner l'offre

Éditorial / Au terme des vacances annuelles de la construction, tout indique que Sherbrooke et l'Estrie connaîtront une bonne saison touristique. Après un début hésitant en raison d'une météo capricieuse, la tendance observée ces dernières années laisse entrevoir un sommet en août et septembre. La région semble avoir fait les bons choix et il ne reste qu'à peaufiner l'offre. Il faut aussi éviter les erreurs coûteuses comme à Granby, où le réseau routier ne peut supporter la circulation engendrée par le succès du Zoo.
L'attente enregistrée hier aux différents postes frontaliers semble démontrer que les Québécois ont conservé les plages américaines comme destination privilégiée. Un taux de change désavantageux et le toupet politique de la nouvelle administration n'ont pas découragé les vacanciers.
À l'inverse, les Américains profitent d'un dollar vigoureux qui leur permet de s'offrir des vacances à bon prix en sol canadien. La publicité autour du 150e anniversaire du Canada et du 375e de Montréal ainsi que l'ajout de la Formule électrique vont assurément se traduire par des gains. La première page du magazine Rolling Stone par Justin Trudeau pourrait bien aussi convaincre nos voisins de venir jeter un coup d'oeil ici.
À Sherbrooke, l'augmentation évidente de plaques d'immatriculation d'États américains sur nos routes n'a pas encore été constatée au kiosque d'information touristique. À vrai dire, les derniers mois ont été marqués par une baisse minime de touristes tant américains que québécois et canadiens. Donc rien d'inquiétant, considérant que la météo a joué un rôle déterminant en mai et juin. Les retours du train touristique Orford Express et du congrès des témoins de Jéhovah en juillet vont se faire sentir. Déjà que le taux d'occupation des hôtels pour les six premiers mois de l'année enregistre une progression de 4 % pour atteindre 50,1 %.
De l'avis de Lynn Blouin, responsable des communications à Destination-Sherbrooke, la contribution de 10 000 $ du fonds d'aide au congrès/événement à l'assemblée des Témoins de Jéhovah a permis de ramener ce groupe. Les retombées de 800 nuitées dans les hôtels sont sommairement évaluées à plus d'un demi-million de dollars. Le retour sur l'investissement est facile à calculer.
Sherbrooke continue aussi de profiter du succès de Foresta Lumina à Coaticook. Le partenariat développé depuis trois ans porte aussi ses fruits avec une collaboration dans des salons en Ontario et aux États-Unis. Nul doute que les rénovations entreprises au Delta et la réouverture éventuelle et sans doute imminente des Gouverneurs contribueront à attirer un plus grand nombre de visiteurs.
Les tours théâtralisés connaissent aussi un engouement et la nouvelle application web des murales est également prometteuse. Sherbrooke et sa région ont beaucoup à offrir. La mise en valeur de leurs différents attraits, de leur histoire et de leurs particularités est gage de succès. Très souvent, entend-on les visiteurs souligner ainsi que les Cantons de l'Est ont su préserver leur authenticité contrairement aux Laurentides.
Les efforts de concertation des différents acteurs touristiques doivent se poursuivre, notamment en ce qui concerne le polissage de certaines attractions. Dans cette veine, un entretien plus soigné des pistes cyclables est à souhaiter. L'asphaltage du sentier entre Lennoxville et North Hatley pourrait sans doute convaincre de nombreux cyclistes de passer par chez nous.
Le développement touristique doit aussi être vu dans sa globalité. Il vaut mieux éviter des erreurs comme Granby, aux prises avec une congestion routière et un hébergement insuffisant. Poireauter sous le soleil en plein trafic n'est pas de nature à convaincre les visiteurs de revenir.