Passer par Jared Kushner pour se rapprocher de Trump?

Les médias nous ont informés que le gouvernement Trudeau aurait envoyé des membres de la garde rapprochée du PM (des « staffers ») pour rencontrer Jared Kushner, le gendre de Donald Trump, dont l'influence auprès du nouveau président américain serait on ne peut plus évidente. Il y a une notion qui m'échappe, surtout quand on sait que Brian Mulroney connaît M. Trump depuis plus de 20 ans. Des « staffers » à la place d'un ancien premier ministre, père de l'Accord de libre-échange (ALE), pour tenter un rapprochement avec le président élu des États-Unis?
n parle quand même ici du Canada, le premier partenaire commercial des États-Unis, l'allier historique, le premier pays qu'un nouveau président visite après sa nomination, le pays qui a donné le premier traité de libre-échange avec les États-Unis (...). Je suis surpris de la stratégie adoptée.
N'aurait-il pas été plus simple de demander à M. Mulroney de rencontrer M. Trump directement? Pour moi, M. Mulroney a très certainement autant de poids politique de par ses implications dans le monde des affaires au Canada que Bernard Arnaud, PDG de Louis Vuitton Moet Hennessy, pour la France ou Jack Ma, le fondateur d'Alibaba pour la Chine, qui ont tous rencontré Trump la semaine dernière. Je suis convaincu que les présidents français et chinois étaient au courant des déplacements de leurs entrepreneurs-vedettes. Qui plus est, Brian Mulroney peut clairement faire valoir que les échanges entre le Canada et les États-Unis représentent plus de 9 millions d'emplois américains. C'est beaucoup plus que la promesse d'Alibaba de créer un million d'emplois aux États-Unis, d'autant plus que Trump sait très bien que la promesse de Jack Ma est tout à fait irréaliste. (...)
Envoyer M. Mulroney en éclaireur (...) aurait pavé la voie pour que Trump comprenne de la bouche même du créateur de l'ALE qu'il sera un interlocuteur incontournable (...) dans le cas d'une renégociation et surtout que l'ALE, à tout le moins, devrait survivre à l'ALENA. D'ailleurs, revenir à l'ALE est aussi ce qui semble prévu avec l'équipe Trump, si je me fie aux murs qui me parlent.
Et si le bureau du PM se dit bien branché auprès de Trump, pourquoi envoyer des « staffers » avant Brian Mulroney? D'autant que le bureau du PM doit déjà savoir que Trump fera sa première (ou au pire sa deuxième) visite à l'étranger au Canada, comme me le confirment certains républicains proches du pouvoir à Washington? Si moi, je sais ça, le bureau du PM doit bien le savoir, non?
Pierre Harvey, Sherbrooke