Parlez-nous des soins médicaux

J’aimerais réagir à l’article « Salle d’urgence à éviter ». Mon conjoint (malentendant) attend depuis le 27 décembre pour se faire débloquer le conduit auditif gauche. Nous avons tout essayé. (...)

J’ai appelé le CLSC de Sherbrooke et on ne veut pas prendre mon conjoint, car nous n’avons pas de prescription d’un médecin. Si nous avions pu voir son médecin de famille (en congé), nous aurions privilégié ce choix. Ils ont pris son nom et ils vont le rappeler quand il y aura des places disponibles ou des annulations, et ça pourrait prendre jusqu’à un mois.

Vu cette démarche peu ou pas concluante, nous avons appelé au 811. L’infirmière aurait aimé nous venir en aide mais elle conclut que le CLSC n’est pas une solution. Nous avons essayé des huiles tièdes et eaux minérales; sans succès. Je tente de me mettre en ligne à 18 h dans une clinique rue King Est pour essayer d’avoir un rendez-vous.

Après de multiples appels, je finis par avoir la ligne téléphonique et c’est complet pour le lendemain. Dès 8 h le lendemain, j’essaie à nouveau et même chose (...) : c’est complet... Mon conjoint et moi décidons alors d’aller directement sur place dans cette clinique pour aller donner son nom pour être sur la liste des patients à voir. La dame n’a jamais voulu prendre son nom et nous renvoie à la ligne téléphonique. Je ne vous écris pas ce que j’ai pu dire et même penser lors de ce déplacement à -25 degrés. Je suis en fauteuil roulant et je m’interroge vraiment sur les priorités du ministre Barrette.  

Nous revenons bredouilles et essayons à nouveau les lignes téléphoniques de cette seule clinique ouverte, entre Noël et le jour de l’An. Toujours sans succès. C’est là qu’on s’est présenté à l’urgence de l’Hôtel-Dieu. Faut vraiment avoir besoin de soin pour aller là! Nous avons attendu de 9 h 15 à 16 h 15 sans aucun souffle d’espoir : nous étions codés « 5 ». Sept heures à attendre pour rien.  

Nous avons essayé de voir son audio prothésiste, qui a confirmé qu’il y avait blocage dans l’oreille gauche et qu’il fallait voir un professionnel ORL. Nous avons essayé de voir un ORL et personne pour le recevoir.

Son médecin de famille est en congé, le CLSC ne peut le prendre, la clinique n’est pas disponible, l’urgence est pleine à craquer et le 811 ne peut nous aider. (...)

Sachez Mme Cardinal et M. Barrette que personne n’aime aller « camper » dans cette urgence non confortable, pleine de microbes, un stationnement non fonctionnel où on doit payer avant de recevoir des soins, qu’on n’aura jamais! (...)

Il faudrait répartir les périodes des Fêtes, entre autres, et être capable d’offrir des services de qualité aux citoyens.

Colette Jean, Sherbrooke