Toutes les littératures le confirment, le transport aérien est un outil de développement économique pour les communautés.

Ouverture sur le monde

Henry Ford a dit : « Si tu n’achètes pas aujourd’hui l’outil dont tu as besoin, tu finiras par le payer sans l’avoir. »

Le fait de ne pas avoir notre ligne d’aviation commerciale a un coût. Nous perdons des occasions d’affaires, des investissements, des expansions, des contrats, des accès à des nouveaux marchés et nous risquons de perdre des joueurs. Nos entreprises et institutions ont des pertes en productivité et des frais supplémentaires pour leurs déplacements d’affaires. Nous manquons des événements et des visites dans notre région. 

Nous sommes convaincus qu’à eux seuls, les impacts sur notre économie qu’aurait une déserte commerciale justifieraient ce qu’on pourrait y investir, pour chaque palier gouvernemental.

Nous ne comprenons pas que nous soyons la seule agglomération de notre ampleur au Canada à ne pas avoir le service de transport aérien régulier. Nous avons un fort potentiel de développement dans les domaines industriel et du savoir où on fait des affaires partout sur la planète.

Touristiquement, notre région a une très belle offre, une excellente capacité d’accueil et un grand potentiel de développement. Malheureusement, nos touristes sont abandonnés à Montréal où leurs voyages dans notre région deviennent complexes, voire désagréables.

Nous sommes conscients et préoccupés par l’exode de nos cerveaux et de nos talents. Des entreprises axées en recherche et développement qui les embaucheraient n’investissent pas ici.

On s’est intéressé au modèle de Kingston où l’offre quotidienne de sièges aller-retour a augmenté de 126 à 185 en 2016, malgré le fait qu’ils aient une gare de VIA Rail qui offre 17 départs vers Toronto, 9 à Ottawa et 5 pour Montréal. Cette formule nous plait, car c’est un standard éprouvé. Leur aéroport pivot est Toronto et le nôtre est Montréal. 

Il y a trois éléments qui nous semblent fondamentaux et qui sont successibles d’être déterminants pour la réussite du projet. L’achat des billets doit être simple pour d’ici à destination et l’inverse. Il est important que ce soit possible d’aller partout sur la planète et l’inverse. Que l’impact sur le prix total des billets entre YSC et YUL soit raisonnable.

C’est indéniable, toutes les littératures le confirment, le transport aérien est un outil de développement économique pour les communautés.

Claude Denis
Président de la Chambre de commerce de Sherbrooke